Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Philippe Vigouroux nommé directeur général du CHU de Bordeaux

Philippe Vigouroux a été nommé directeur général du CHU de Bordeaux par décret publié vendredi 1er février 2013 au Journal Officiel. Il succède à Alain Hériaud qui a quitté le CHU de Bordeaux le jeudi 31 janvier.

Philippe Vigouroux a été nommé directeur général du CHU de Bordeaux par décret publié vendredi 1er février 2013 au Journal Officiel. Il succède à Alain Hériaud qui a quitté le CHU de Bordeaux le jeudi 31 janvier.
Parcours de Philippe Vigouroux
Titulaire d’une maîtrise de droit des affaires et diplômé de l’Ecole Nationale de la Santé Publique (ENSP – aujourd’hui EHESP, Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique), il débute sa carrière au Centre Hospitalier Universitaire de Tours en 1981.
En 1992, il devient directeur du Centre Hospitalier de Sablé-sur-Sarthe puis directeur général adjoint du CHU de Bordeaux. Il rejoint ensuite le CHU de Limoges en qualité de directeur général avant de rejoindre le CHU de Nancy en 2008.
Il a été élu secrétaire général adjoint (2007) puis vice-président (décembre 2010 puis réélu en janvier 2013) de la Conférence des directeurs généraux de CHU.
En 2012, il avait été réélu délégué régional de la Fédération Hospitalière de France Lorraine, poste qu’il occupait depuis novembre 2008.
Missions ministérielles et expertises nationales
En 2005, il s’est vu confier par le ministère de la santé avec les gériatres Claude Jeandel (CHU de Montpellier) et Pierre Pfitzenmeyer (CHU de Dijon, décédé en juillet 2011) une mission sur l’impact du vieillissement de la société sur le fonctionnement des hôpitaux, visant notamment à élaborer des propositions pour dynamiser la mise en place de filières gériatriques.
Leur rapport "un programme pour la gériatrie", remis le 17 mai 2006, a inspiré le Plan solidarité grand âge.
Philippe Vigouroux a également été membre de la commission chargée d’élaborer le plan Alzheimer, présidée par le Pr Joël Ménard, et qui a remis son rapport en novembre 2007 au président de la République.
Depuis 2011, il est membre expert de comités d’évaluation d’universités pour l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (Aeres).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”