Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

PHRC : 500 000 € pour la recherche contre la maladie d’Alzheimer

« Repérer, parmi les symptômes dépressifs fréquents au cours du vieillissement, ceux qui peuvent être des symptômes précoces de la maladie d'Alzheimer » Telle est l'ambition de l'étude coordonnée par le Pr Vincent Camus du Centre Mémoire de Ressource et de Recherche de la Région Centre du CHRU de Tours. Retenu dans le cadre de l'appel d'offres national du Programme Hospitalier de Recherche Clinique 2010, ce projet vient d'être doté d'un important budget de 500 000 euros.

« Repérer, parmi les symptômes dépressifs fréquents au cours du vieillissement, ceux qui peuvent être des symptômes précoces de la maladie d’Alzheimer » Telle est l’ambition de l’étude coordonnée par le Pr Vincent Camus du Centre Mémoire de Ressource et de Recherche de la Région Centre du CHRU de Tours. Retenu dans le cadre de l’appel d’offres national du Programme Hospitalier de Recherche Clinique 2010, ce projet vient d’être doté d’un important budget de 500 000 euros.

Cette somme permettra de financer les actions de dépistage de la maladie d’Alzheimer et notamment le recours à l’imagerie cérébrale moléculaire (Tomographie par Émission de Positons) pour visualiser les plaques amyloïdes cérébrales, altérations spécifiques du cerveau des sujets souffrant de la maladie d’Alzheimer.

Cette recherche implique également l’unité INSERM U930, une dizaine d’autres centres mémoires et des partenaires industriels dont la société AVID aux Etats unis, qui a développé un nouveau traceur des plaques amyloïdes. Ces innovation sont déjà testées par les équipes tourangelles en lien avec les équipes du CHU de Caen et de Toulouse, et par le Centre d’études et de recherche sur les radiopharmaceutiques (CERRP), laboratoire mixte, dirigé par le Professeur Denis Guilloteau, qui associe la société Cyclopharma et l’Université François Rabelais.

Programme Hospitalier de Recherche Clinique 2010
Chaque année, le Programme Hospitalier de Recherche Clinique du Ministère de la Santé vise à promouvoir les travaux de recherche clinique. Ces études fondées sur les faits contrôlés (evidence-based medicine) permettent d’apprécier la pertinence des nouvelles stratégies de diagnostic et de soins. La maladie d’Alzheimer figure parmi les priorités de santé publique déterminées par le président et la ministre de la santé et des sports.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.