Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1er Cone Beam mobile en bloc opératoire en France

Auteur /Etablissement :
Le CHU de Besançon est le 1er établissement de santé de France a avoir équipé son bloc opératoire d'une technique d'imagerie 3D quasi révolutionnaire : le Cone Beam ou CBCT pour Cone Beam Computed Tomographie. Le nouvel appareil a en commun avec le scanner conventionnel les fonctionnalités de reconstructions 3D, d'accès à l’intérieur des structures anatomiques, d'élimination des superpositions tissulaires... A ces propriétés s'ajoute une précision d'image bien supérieure. Surtout le Cone Beam est moins irradiant pour le patient puisqu'il ne délivre que 20% de la dose d’un scanner.

Le CHU de Besançon est le 1er établissement de santé de France a avoir équipé son bloc opératoire d’une technique d’imagerie 3D quasi révolutionnaire : le Cone Beam ou CBCT pour Cone Beam Computed Tomographie. Le nouvel appareil a en commun avec le scanner conventionnel les fonctionnalités de reconstructions 3D, d’accès à l’intérieur des structures anatomiques, d’élimination des superpositions tissulaires… A ces propriétés s’ajoute une précision d’image bien supérieure. Surtout le Cone Beam est moins irradiant pour le patient puisqu’il ne délivre que 20% de la dose d’un scanner.
De par sa technologie et son ergonomie, son domaine d’utilisation privilégié est l’exploration radiologique 3D des tissus « durs » (os, dents…) du crâne et de la face.
Ses applications sont nombreuses en chirurgie orale, en chirurgie maxillo-faciale, en ORL et en orthodontie. Il permet l’analyse très précise des fractures, des infections, des kystes et autres lésions intra-osseuses, des corps étrangers.
Cet appareil permet également (tout comme le scanner ou l’IRM) d’obtenir une cartographie précise de l’anatomie d’un patient, cette cartographie pouvant servir à alimenter un système de navigation peropératoire, telles les cartes chargées dans un système GPS. Le chirurgien gagne ainsi en précision dans son geste puisqu’il peut suivre en temps réel le trajet de ses instruments dans l’anatomie de son patient.

Un système d’imagerie 3D performant disponible à tous les stades de l’intervention Cantonnée jusqu’à présent à une utilisation statique, les appareils étant installés à demeure dans des salles dédiées, la technologie sort désormais des services de radiologie grâce à l’apparition récente sur le marché de solutions mobiles et s’invite, en particulier, dans les salles d’opération.

Utilisé en préopératoire, le CBCT mobile délivre une dernière analyse des lésions et un recalage précis du patient (en position opératoire) sur son anatomie dans un système de navigation.

Adopté en peropératoire, le CBCT mobile aide à suivre l’avancement de l’intervention et notamment de vérifier le caractère complet ou non d’une résection tumorale, d’évaluer la qualité de réduction d’une fracture avant ostéosynthèse ou de visualiser la position d’un implant. La réalisation d’un CBCT au cours de l’intervention est fondamentale en cas d’utilisation d’un système de navigation pour effectuer un recalage, indispensable lors d’une chirurgie ablative du fait de la modification de l’anatomie en cours d’intervention.

En fin d’intervention, le CBCT fournit une évaluation du résultat de l’opération en temps réel alors que le patient est encore endormi. Il aide à décider de la poursuite de l’intervention et évite des reprises chirurgicales à distance.

La réalisation d’examens avec le Cone Beam mobile en salle d’intervention est un progrès considérable dans les spécialités comme la chirurgie maxillo-faciale, où la radiographie 2D peropératoire conventionnelle n’est pas assez performante. Le CBCT compact et mobile transforme une salle conventionnelle en une salle hybride à moindre frais.

Sur le même sujet

Une nouvelle maison des Femmes au CHU de Montpellier

La Maison des Femmes Agnès McLaren vient d’ouvrir à Montpellier. Ce lieu est destiné à toutes celles qui sont victimes de violences et entièrement dédié, grâce à l’engagement des professionnels du CHU, à leur santé. L’actrice Alexandra Lamy, ambassadrice de “la maison des femmes”, est la marraine du site montpelliérain.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.