Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

1ère européenne : un robot miniaturisé de dernière génération en chirurgie digestive

Le 15 juin 2012 l’équipe de chirurgie digestive du CHU de Grenoble a procédé à la première utilisation européenne du système chirurgical manuel articulé et robotisé appelé KYMERAX faisant ainsi entrer leur discipline dans la nouvelle ère de la chirurgie mini-invasive robotisée et miniaturisée.

Le 15 juin 2012 l’équipe de chirurgie digestive du CHU de Grenoble a procédé à la première utilisation européenne du système chirurgical manuel articulé et robotisé appelé KYMERAX faisant ainsi entrer leur discipline dans la nouvelle ère de la chirurgie mini-invasive robotisée et miniaturisée. 
Depuis le début des années 90,  la chirurgie des organes intra-abdominaux (chirurgie digestive, urologie, gynécologie) a connu une révolution : la laparoscopie encore appelée cœlioscopie. Une caméra est introduite dans l’abdomen par un incision de 10 mm tout au plus ; elle permettra de guider le chirurgien qui pratiquera l’opération en effectuant une mini ouverture pour ses instruments. Plus besoin d’ouvrir largemnet le ventre pour voir. Avec le laparoscpe -sorte de  téléscope chirurgical, la chirurgie est devenue mini-invasive.
Réservée initialement aux interventions les plus simples, la cœlioscopie a vu son champ d’applications s’élargir à des chirurgies de plus en plus complexes. L’acquisition d’une expertise mini-invasive par les équipes chirurgicales a autorisé cette évolution, ces dernières étant aidées en cela par l’amélioration permanente des outils technologiques. Aujourd’hui tous les aspects de la chirurgie digestive sont concernés par l’abord mini-invasif : chirurgie hépato-bilio pancréatique, chirurgie de l’obésité et chirurgie colo-rectale.
Mais jusqu’à présent, un écueil persistait : les instruments chirurgicaux n’offraient pas de la même maniabilité qu’une main qui peut se mouvoir dans les trois axes.
Aujourd’hui, une solution technologique semble avoir été trouvée avec la mise au point de mini robots articulés ne mesurant pas plus de 10 mm de diamètre et qui peuvent être introduits dans le ventre afin d’y reproduire les mouvements de rotation de la main et d’améliorer encore la précision du geste chirurgical. Ce concept, totalement nouveau, est issu des travaux de développement d’un autre robot miniature (REL) auxquels l’équipe de Chirurgie Digestive du CHU de Grenoble a participé. Voilà pourquoi, vendredi 15 juin 2012,  l’équipe de chirurgie digestive grenobloise était la première d’Europe à utiliser le système chirurgical manuel articulé et robotisé appelé KYMERAX.
Le nom KYMERAX dérive du mot « chimère ». Dans la mythologie grecque, il désignait une créature à tête de lion, corps de chèvre et queue de dragon. Tout comme la chimère, le système KYMERAX a pour objectif de fusionner plusieurs concepts : la chirurgie mini-invasive et les progrès technologiques de la robotique miniaturisée.
Tous les membres de la Clinique de Chirurgie Digestive (Pr LETOUBLON, Pr FAUCHERON, Pr ARVIEUX, Dr RISSE, Dr RECHE, Dr VOIRIN, et leurs Chefs de Clinique, Dr RIBOUD, Dr ABBA et Dr AMARIUTEI) espèrent ainsi débuter au CHU de Grenoble la nouvelle ère de la chirurgie mini-invasive : la chirurgie mini-invasive robotisée et miniaturisée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.