Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Première greffe partielle de visage : la patiente prend la parole

Le public connaît désormais le visage de la première femme ayant bénéficié d'une greffe lèvres-nez-menton. Une conférence de presse organisée le 6 février a donné une voix et un visage à cette mère de deux enfants, âgée de 38 ans qui fut gravement mutilée par son chien en mai 2005.

Le public connaît désormais le visage de la première femme ayant bénéficié d’une greffe lèvres-nez-menton. Une conférence de presse organisée le 6 février a donné une voix et un visage à cette mère de deux enfants, âgée de 38 ans qui fut gravement mutilée par son chien en mai 2005.

Cette morsure a entraîné la perte complète des lèvres, du menton et de la pointe du nez avec des conséquences fonctionnelles importantes. Très motivée et déterminée, la patiente a accepté la stratégie thérapeutique (déroulement de l’intervention, des suites opératoires et du traitement anti-rejet) et compris les risques inhérents à l’acte chirurgical et au traitement immunosuppresseur. Totalement impliquée dans les soins, tant somatiques que psychologiques, elle a pu, au fil des mois, se faire à l’idée d’un recours au transplant. Ce cheminement, effectué au sein d’une équipe multidisciplinaire, n’a jamais remis en cause sa conviction. Elle a accepté d’être traitée et suivie par les deux équipes d’Amiens et de Lyon pendant plusieurs années, tant sur le plan médical que psychologique.

Cette conférence de presse organisée par le CHU d’Amiens, en présences des équipes médicales d’Amiens et de Lyon, permet de dresser un bilan de santé satisfaisant plus de deux mois après l’intervention *. Surtout, elle mettra peut-être fin au harcèlement médiatique que subissent la patiente et sa famille.

Voici l’intégralité de son discours

Bonjour à tous,
Je ne me suis jamais exprimée en public et cela me parait très difficile. Mais j’ai besoin de dire certaines choses.

Tout d’abord, je remercie toute l’équipe médicale et tout le personnel de l’hôpital d’Amiens qui se sont occupés de moi depuis le début. Comme vous le savez, au mois de juin, quand je suis arrivée à l’hôpital, j’étais défigurée.

En effet le 27 mai, après une semaine très perturbante, avec beaucoup de soucis personnels, j’ai pris des médicaments pour oublier… Ensuite J’ai fait un malaise et je suis tombée par terre contre un meuble. Quand je me suis réveillée, j’ai essayé d’allumer une cigarette et je ne comprenais pas pourquoi elle ne tenait pas entre mes lèvres… c’est là que j’ai vu la mare de sang et le chien à coté !
Je suis allée me voir dans la glace, et là, je ne pouvais croire à ce que je voyais, c’était trop horrible…

Depuis ce jour là, ma vie a changé …
A l’hôpital, pendant un mois et demi, je ne suis pas sortie de ma chambre, j’avais peur du regard des autres. Je ne pouvais plus manger normalement, je devais manger mouliné car je ne pouvais plus ouvrir la bouche que de 3 millimètres.
A force d’exercices, de kiné et de séances d’endermologie, je suis arrivée à une ouverture de 1,9 centimètre juste avant l’opération.

Petit à petit, les infirmières et les médecins m’ont expliqué leur projet de greffe et m’ont redonné confiance en moi ; j’ai même réussi à rentrer chez moi. Finalement le plus pénible était d’attendre sans connaître le jour de l’opération.

Car tous les jours, je devais affronter le regard des gens et leurs réflexions, tout çà parce que je portais un masque

Je comprends à présent toutes les personnes qui ont un handicap quel qu’il soit. J’espère aussi que mon opération pourra aider certaines personnes, blessées comme moi, à revivre.

Depuis le jour de l’opération, j’ai un visage, comme tout le monde…

Maintenant, je peux ouvrir la bouche et manger, depuis peu je sens mes lèvres, mon nez et ma bouche. Bien sûr, je dois continuer à faire beaucoup de kiné et de travail personnel pour réactiver tous les muscles, et surtout continuer de prendre le traitement immunosuppresseur.

Cela a été très difficile de partir à Lyon trois jours après l’opération, mais tout s’est très bien passé. J’ai été très bien accueillie, très bien suivie .C’était parfois long mais je n’ai finalement jamais souffert. Je remercie aussi toute l’équipe de Lyon.

Dès ma sortie, je compte reprendre ma vie de famille et par la suite une activité professionnelle. En fait, je veux reprendre une vie normale.

Je voulais aussi dire que rien n’aurait été possible si il n’y avait pas eu le don. Je tiens vraiment à rendre hommage à cette famille et m’excuser du harcèlement qu’elle a subi suite à cette première.
Malgré son malheur, son deuil, elle a accepté de donner une deuxième vie à des personnes en détresse.
Grâce à elle, une porte sur l’avenir s’ouvre à moi et à d’autres

Merci à tous

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”