Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Psy Ile-de-France » : une plateforme de soutien psychologique et d’information face à la crise du COVID-19

Vous êtes proche d’une personne avec des troubles psychiques affectée par la crise du COVID-19? Vous avez besoin de réponses ou de soutien psychologique? Appelez le 01 48 00 48 00 ! Un dispositif proposé par l'ARS Ile-de-France avec l'APP-HP et le GHU Paris-Psychiatrie & Neurosciences.

Vous êtes proche d’une personne avec des troubles psychiques affectée par la crise du COVID-19? Vous avez besoin de réponses ou de soutien psychologique? Appelez le 01 48 00 48 00 ! Un dispositif proposé par l’ARS Ile-de-France avec l’APP-HP et le GHU Paris-Psychiatrie & Neurosciences.
« Ma fille est confinée avec moi et elle fait beaucoup de crises d’angoisse. Elle a déjà été consulter un psychiatre par le passé : comment reprendre un suivi?»
« Mon mari a eu le Covid et demeure très anxieux concernant sa santé. Comment l’aider?»
«Je suis traité par antidépresseur. Faut-il l’arrêter dans ce contexte de pandémie?»
« Mon fils de 15 ans est atteint d’autisme et a des problèmes de comportement actuellement. J’ai tout essayé pour le calmer, que dois-je faire?»
En Ile-de-France, 60 000 personnes ont un parent, un conjoint ou un ami qui vit avec un trouble psychique. Chez certaines personnes, l’épidémie de Covid-19 peut générer une situation avec des effets importants sur la santé mentale: rupture de soins, difficulté à suivre son traitement, rechute ou encore apparition de nouveaux troubles. Les familles se sentent particulièrement démunies et peuvent avoir besoin d’aide pour les soutenir.
Depuis le 6 avril, ce sont des centaines d’appels qui parviennent aux professionnels de la ligne «Psy Idf» créée à l’échelle régionale, à la demande de l’ARS Ile de France, sur le modèle du call center «familles» du GHU Paris Psychiatrie & Neurosciences. Infirmiers, médecins, internes répondent en première ligne tandis que des psychologues assurent dans un second temps, et si besoin, un soutien approfondi.
Ce dispositif, conçu pour aider, par l’orientation, l’information, et l’écoute, les personnes en difficulté psychique dans le contexte actuel, est disponible 7 jours sur 7, week-end compris, de 13h à 21h.
Découvrez la vidéo :

Pour en savoir plus : www.psyidf.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.