Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Soirée de la recherche : un prix Nobel au CHU de Bordeaux

Le 22 juin dernier, les médecins chercheurs et tous les professionnels de la recherche clinique du CHU de Bordeaux se sont retrouvés à l'Institut des Métiers de la Santé de l'hôpital Xavier Arnozan dans le cadre de la soirée annuelle de la recherche clinique du CHU de Bordeaux. Une invitée exceptionnelle y était conviée : le Pr Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de Médecine 2008.

Le 22 juin dernier, les médecins chercheurs et tous les professionnels de la recherche clinique du CHU de Bordeaux se sont retrouvés à l’Institut des Métiers de la Santé de l’hôpital Xavier Arnozan dans le cadre de la soirée annuelle de la recherche clinique du CHU de Bordeaux. Une invitée exceptionnelle y était conviée : le Pr Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de Médecine 2008.

Cette manifestation, qui a réuni plus de 300 personnes, a été l’occasion de tirer un coup de chapeau aux jeunes médecins du CHU qui consacrent tout ou partie de leur vie professionnelle aux activités de recherche. Outre les messages d’encouragement que leur a adressés le Pr Françoise Barré-Sinoussi, cette rencontre a permis de rappeler les caractéristiques du dispositif de soutien et d’accompagnement des jeunes chercheurs mis en place au CHU de Bordeaux conjointement par la Direction de la recherche clinique et de l’innovation, la Délégation à la recherche clinique et l’Unité de soutien méthodologique à la recherche clinique et épidémiologique.

Appel d’offres interne : 8 lauréats récompensés
Ont été proclamés les résultats de l’appel d’offres interne, doté cette année de 165 000 €, qui permet de récompenser de jeunes médecins chercheurs en leur donnant la possibilité de conduire un premier projet de recherche au CHU de Bordeaux.
Les huit lauréates et lauréats sont les Docteurs Anouck Amestoy, Hélène Batoz, Xavier Berard, Nathalie Damon-Perriere, Nora Frulio, Estibaliz Lazaro, Aude Mignot et Jérôme Toutain.

«Privilégier les interactions»
Dans son allocution aux médecins chercheurs et professionnels de la recherche du CHU, le Pr Barré-Sinoussi a rappelé le contexte scientifique et les différentes étapes qui l’ont conduite à participer à la découverte du virus du SIDA. Forte de son expérience, elle a invité les jeunes générations de chercheurs « à ne pas travailler isolément et à privilégier les interactions entre les cliniciens et les chercheurs fondamentaux dans toutes les disciplines ». Elle a souligné combien la vision des malades du SIDA hospitalisés dans des conditions indignes dans certains pays l’avait bouleversée et poussée à s’engager fortement sur le plan international, notamment en Afrique et en Asie du Sud-est. Avant de se féliciter que la recherche sur le SIDA ait, pour la première fois dans notre pays, permis aux chercheurs d’être dans une très grande proximité avec les patients et le milieu associatif qui les représente.

Trois françaises seulement ont obtenu un prix Nobel depuis la création de ce prix prestigieux en 1901. Marie CURIE avait obtenu les prix Nobel de Physique en 1903 et de Chimie en 1911 et Irène JOLIOT-CURIE le prix Nobel de Chimie en 1935. Françoise BARRE-SINOUSSI est la première femme française à avoir obtenu le prix Nobel de Médecine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.