Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Téléimagerie à distance 24h24, nuit et week-end

Une permanence médicale à distance des actes d'imagerie, - scanner, IRM, radiographie conventionnelle - est proposée aux établissements du bassin de santé rhônalpin et dans un second temps aux centres hospitaliers extrarégionaux. En complément de leur propre équipe, les établissements pourront s'adosser au Groupement d'intérêt économique (GIE) Téléimagerie Loire* afin de bénéficier d'un soutien médical spécialisé. Dans un contexte de démographie médicale radiologique défavorable, cette solution garantit la continuité du service public et une prise en charge de proximité des patients lors de vacations programmées en journée et de la permanence des soins de nuit ou de week-end.

Une permanence médicale à distance des actes d’imagerie, – scanner, IRM, radiographie conventionnelle – est proposée aux établissements du bassin de santé rhônalpin et dans un second temps aux centres hospitaliers extrarégionaux. En complément de leur propre équipe, les établissements pourront s’adosser au Groupement d’intérêt économique (GIE) Téléimagerie Loire* afin de bénéficier d’un soutien médical spécialisé. Dans un contexte de démographie médicale radiologique défavorable, cette solution garantit la continuité du service public et une prise en charge de proximité des patients lors de vacations programmées en journée et de la permanence des soins de nuit ou de week-end.
Modalités d’organisation d’un examen de téléimagerie
Le médecin urgentiste, présent sur place aux cotés du patient, prend contact avec le télé‐radiologue et l’informe de la pathologie du patient. Le téléradiologue de garde communique un protocole d’examen spécifique au manipulateur électroradiologie de garde sur place. Le manipulateur réalise l’examen et transfère les images au téléradiologue. Celui‐ci l’interprète et fait parvenir dans l’heure son compte‐rendu selon un processus sécurisé.
Pendant la 1ère année de mise en place, le Centre de Garde téléradiologique Imadis basé à Lyon assurera la permanence des soins au sein du GIE. L’architecture technique du GIE Téléimagerie Loire s’appuie sur le PACS** mutualisé et hébergé au sein du Numériparc de Roanne. Ce système, qui a reçu l’adhésion de l’ensemble des établissements hospitaliers du bassin de santé ouest de la région Rhône Alpes, permet d’archiver et de partager en toute sécurité des données de santé, et en particulier de gérer la transmission d’images numériques issues de toute modalité d’imagerie (scanner, IRM ou table de radiologie conventionnelle numérisée).
La coopération prévoit une juste valorisation financière de chaque acteur, tenant compte de l’acte technique et de l’acte intellectuel.
*Le Groupement d’intérêt économique Téléimagerie Loire est composé de la Mutualité Française Loire SSAM, le CHU de Saint Etienne, la SCM Pourcel Bergson Centre d’Imagerie Médicale (CIM) et le Centre de Garde téléradiologique IMADIS. Ce projet est inscrit dans la note de cadrage de l’ARS Rhône‐Alpes, définissant les axes de coopération entre la Mutualité française Loire SSAM et le CHU de Saint‐Etienne. Dans la mise en place de ce projet, le GIE bénéficie de l’appui et de l’expérience d’Imadis, structure téléradiologique, assurant la permanence des soins depuis plus de 3 ans, selon les recommandations des sociétés savantes.
**Le PACS (Picture Archive and Communication System) est un système informatique qui permet d’archiver, d’échanger, de traiter et interpréter des images médicales numériques dans l’ensemble de l’hôpital et à tout moment.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”