Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Télémédecine, innovations : Rennes reconnu par l’ARS Bretagne

Acteur majeur engagé dans le progrès médical et la transformation numérique, le CHU de Rennes se réjouit de la sélection de 4 de ses projets par l’ARS Bretagne. Innovants sur les plans numérique, diagnostique et thérapeutique et aussi sur le plan de l’organisation, ces projets contribueront à réduire les inégalités sociales et territoriales en santé. Focus sur 4 initiatives qui vont améliorer le quotidien des malades : les patients victimes d’Accidents Vasculaires Cérébral (AVC) traités au CH de Redon bénéficieront de téléconsultations et télé-expertises pour une meilleure prévention et un suivi sur mesure...
Acteur majeur engagé dans le progrès médical et la transformation numérique, le CHU de Rennes se réjouit de la sélection de 4 de ses projets par l’ARS Bretagne. Innovants sur les plans numérique, diagnostique et thérapeutique et aussi sur le plan de l’organisation, ces projets contribueront à réduire les inégalités sociales et territoriales en santé.
Focus sur 4 initiatives qui vont améliorer le quotidien des malades
Les patients victimes d’Accidents Vasculaires Cérébral (AVC) traités au CH de Redon bénéficieront de téléconsultations et télé-expertises pour une meilleure prévention et un suivi sur mesure. Les patients souffrant d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs pourront pratiquer une activité physique adaptée à partir d’une plateforme interactive. Avec le projet PRE²B, la population rennaise disposera d’un centre d’évaluation et de prévention des expositions environnementales toxiques graves. Enfin une nouvelle organisation est expérimentée pour rendre la détection précoce de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) plus performante et coordonner efficacement le parcours de soins des patients à l’échelle de trois départements bretons.
Des lunettes connectées pour les téléconsultations et télé-expertises AVC avec le CH de Redon 
Face à la raréfaction des ressources médicales en neurologie sur le territoire et à l’augmentation de patients identifiés « AVC » au sein de l’unité de proximité AVC du Centre Hospitalier de Redon, la télémédecine devient un enjeu dans l’amélioration de la prise en charge des patients présentant un AVC confirmé ou suspecté de moins de 4h30. Le projet proposé par le docteur Stéphane Vannier, neurologue et responsable de l’UNV au CHU et le docteur Nicolas Chauvel, responsable des urgences au CH de Redon va permettre de déployer, sur le Centre Hospitalier de Redon, un projet de téléconsultation et de télé-expertise AVC. Après accord de prise en charge, un neurologue du CHU pourra émettre pour ses collègues du Redon (urgentistes) un avis sur les cas d’AVC ou suspicion d’AVC inférieur à 4h30. Il disposera d’un accès direct au dossier informatisé du patient pris en charge et sera équipé de lunettes connectées afin d’avoir un échange visuel et en direct. Cette solution ultramobile et bretonne, permettra d’optimiser la prise en charge des patients de Redon, puis, suite à l’expérience pilote, de ceux des CH du GHT Haute-Bretagne (Fougères et Vitré). 
Une plateforme interactive dédiée à l’activité physique dans l’artériopathie des membres inférieurs 
Autour de la thématique « maladies chroniques et éducation thérapeutique », le projet de plateforme interactive pour le suivi et l’accompagnement en activité physique des patients atteints d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs pris en charge au sein du GHT de Haute-Bretagne a obtenu une dotation de 100 000 €. 
Déployée sous la responsabilité du professeur Guillaume Mahé, responsable de l’Unité de Médecine vasculaire du CHU, cette plateforme interactive de télésurveillance permettra aux patients atteints d’artériopathie oblitérante des membres inférieurs de bénéficier d’une solution de réadaptation vasculaire (activité physique pour l’amélioration de la marche) supervisée et personnalisée à distance, basée sur un changement progressif des habitudes de vie à domicile. Cette plateforme se voudra évolutive pour servir dans d’autres pathologies après la phase de validation dans l’artériopathie des membres inférieurs. 
Un centre d’évaluation et de prévention des expositions environnementales potentiellement reprotoxiques 
Porté par Professeur Christophe Paris, chef du service de santé au travail et des pathologies professionnelles du CHU et le docteur Ronan Garlantezec, MCU-PH au service de santé publique et épidémiologie, le projet PRE²B vise à créer un centre d’évaluation et de prévention des expositions environnementales potentiellement reprotoxiques à Rennes. Il s’agit, donc de recueillir et d’évaluer l’impact d’expositions professionnelles et environnementales sur les troubles de la fertilité en proposant aux couples consultant le centre d’AMP du CHU, avec une infertilité de plus de 12 mois, de participer à des consultations pluridisciplinaires dédiées permettant à la fois d’enrichir une base de données ad hoc et de proposer une prise en charge environnementale pluridisciplinaire aux patients . 
La dotation de 70 500 euros porte sur une phase initiale de faisabilité d’une durée d’un an. 
Pour un dépistage en soins primaires de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)
Maladie chronique fréquente, la BPCO est trop tardivement diagnostiquée car son dépistage, pour les patients identifiés à risque, nécessiterait une plus grande sensibilisation des médecins généralistes et un accès facilité aux spécialistes effectuant la spirométrie (test de mesure de la respiration). L’objectif de cette étude (extension) sur 3 départements bretons est donc d’évaluer la meilleure organisation. Il s’agit d’inciter les généralistes à procéder à la détection précoce de la BPCO et à inscrire ensuite le patient dans un parcours de soins coordonné, en proximité avec les spécialistes. La première étape de ce chemin thérapeutique étant l’accès facilité à la spirométrie. Le projet est porté par le Professeur Stéphane Jouneau, pneumologue et le docteur Chapron (CIC Inserm 1414, équipe de recherche en soins primaires).
La dotation par l’ARS Bretagne est de 60 000 euros. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.