Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Toulouse rend hommage au Professeur Louis Lareng, fondateur du SAMU

"La communauté hospitalière du CHU de Toulouse est endeuillée par le décès du Professeur Louis Lareng, cet infatigable travailleur, créateur et visionnaire, qui a porté au plus haut les couleurs de la médecine et de l’université. Le SAMU est indissociable du nom du Louis Lareng, qui symbolise à Toulouse, en France mais aussi à l’international, l’excellence de la médecine d’urgence." C'est en ces termes que Marc Penaud, Directeur général du CHU de Toulouse et le Professeur Laurent Schmitt, Président de la commission médicale d’établissement ont rendu hommage au grand hospitalier et humaniste décédé le 3 novembre 2019 à l’âge de 96 ans.

"La communauté hospitalière du CHU de Toulouse est endeuillée par le décès du Professeur Louis Lareng, cet infatigable travailleur, créateur et visionnaire, qui a porté au plus haut les couleurs de la médecine et de l’université. Le SAMU est indissociable du nom du Louis Lareng, qui symbolise à Toulouse, en France mais aussi à l’international, l’excellence de la médecine d’urgence." C’est en ces termes que Marc Penaud, Directeur général du CHU de Toulouse et le Professeur Laurent Schmitt, Président de la commission médicale d’établissement ont rendu hommage au grand hospitalier et humaniste décédé le 3 novembre 2019 à l’âge de 96 ans. 
Avec fougue, ténacité, sens de l’innovation – son engagement en faveur de la télémédecine en est un autre exemple – le Professeur Lareng a su faire tomber les murs de l’hôpital et transporter les hospitaliers (médecins et soignants) au « pied de l’arbre » pour prendre soin des accidentés, des blessés et des personnes en détresse vitale.
Dans un communiqué l’établissement retrace la carrière d’un grand visionnaire.
Louis Lareng avec son parler rocailleux était originaire d’Ayzac-Ost dans les Hautes-Pyrénées. Diplômé Docteur en médecine le 17 janvier 1955 à Toulouse, il y fera toute sa carrière. Il est Assistant d’anesthésie des Hôpitaux en 1955 puis Maître de conférence agrégé d’Anesthésiologie en 1962. En mai 1968 à Toulouse, la première sortie du SAMU a lieu pour porter secours à des blessés sous sa direction. Le 16 juillet 1968, le SAMU 31 est officiellement créé par le Conseil d’administration du CHU et devient ainsi le premier SAMU reconnu en France. Le 1er octobre 1969, Louis Lareng est nommé par décret du président de la République Professeur titulaire d’Anesthésie-Réanimation. En 1980, il prend la responsabilité de l’Unité d’admission et d’orientation des malades relevant de l’urgence chirurgicale (CATU). « Retraité » de la fonction publique hospitalière en 1992, il s’est impliqué avec passion dans le développement de la télémédecine.
Président de la fédération Nationale de la Protection Civile de 1991 à 2009, il a œuvré pour son développement et son rayonnement. Il a été aussi le premier Président de l’Université Toulouse III-Paul Sabatier. Le Professeur Louis Lareng était Grand Officier de la Légion d’Honneur, Officier de l’Ordre National du Mérite et Commandeur de l’Ordre des Palmes académiques. Au-delà de son parcours exceptionnel, c’est un homme très attachant que nous saluons, qui a consacré sa vie aux autres.
"Au nom de l’ensemble de la communauté hospitalière, nous présentons à son épouse, à ses enfants, ses proches, ses amis, ses élèves et toute l’équipe du SAMU, nos sincères condoléances."
Hommage des 3 chefs de service du SAMU 31 qui ont succédé au Professeur Lareng
« Au-delà de son parcours exceptionnel et de sa personnalité si attachante, je souhaite saluer le visionnaire qui inspira tant d’innovations en santé, jusqu’au bout d’une riche carrière. Nous sommes tous un peu orphelins aujourd’hui. » Pr Vincent Bounes, chef de service du SAMU 31

« Mon maitre, le Pr Louis Lareng, a été un visionnaire créant le premier SAMU en 1968 à Toulouse puis en développant la télémédecine. Et bien d’autres choses … Et il a tout fait pour que ce concept de SAMU se développe en France comme dans le monde entier. Il a été pour un grand nombre d’entre nous un exemple de dévouement au service public hospitalier. Il a écrit la plus belle page de la médecine d’urgence. » Dr Jean-Louis Ducassé, ancien chef de service du SAMU 31
« Avant même d’avoir été le « père fondateur » du SAMU, Louis Lareng, professeur d’Anesthésiologie a mis en place, au début des années 1960, la discipline Anesthésie dans les hôpitaux de Toulouse et son enseignement. Simultanément il lance la réanimation au bloc Lassen et les transports inter-hospitaliers médicalisés pour y amener les malades de la région. 1968 est pour lui une année marquante avec le démarrage officiel du SAMU puis son élection comme président de l’Université Paul Sabatier. Il ne cessera dès lors d’élargir son champ d’activités, grâce à sa « compétence relationnelle » qui lui permet de surmonter différents et conflits socio-professionnels et d’imposer sa vision d’une égalité d’accès aux soins au plus grand nombre de patients. C’est le message que nous avons reçu et essaierons de transmettre aux plus jeunes. » Pr Christian Virenque, ancien chef de service du SAMU 31

Sur le même sujet

1er SAMU de France, le SAMU 31 célèbre ses 50 ans
Toulouse, patrie du SAMU, célèbre son cinquantenaire

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.