Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Tours mise sur le service civique pour améliorer l’accueil des patients

20 jeunes volontaires en service civique ont été recrutés par le CHRU, avec pour mission d'accueillir les patients, les renseigner, les orienter et les accompagner dès leur arrivée l'hôpital.
20 jeunes volontaires en service civique ont été recrutés par le CHRU, avec pour mission d’accueillir les patients, les renseigner, les orienter et les accompagner dès leur arrivée à l’hôpital.
Arrivés mi-juillet dans le cadre du dispositif Service civique, et positionnés sur les sites de Bretonneau, Trousseau et Clocheville, ces jeunes volontaires ont pour mission l’accueil des usagers : orienter vers un service de soin, accompagner si besoin, proposer un fauteuil roulant aux personnes à mobilité réduite, renseigner, rassurer… Un enjeu de taille, car c’est le tout premier contact du patient avec l’hôpital qui leur est confié.
Accompagnés par l’association CREPI Touraine, impliquée dans le retour à l’emploi, et la Direction des Ressources humaines du CHRU, ils vont profiter de ces quelques mois pour forger leur futur projet professionnel. Au-delà du bénéfice pour les patients, le dispositif a également vocation à servir de tremplin à ces jeunes pour affiner un projet professionnel, acquérir une première expérience, rebondir après un parcours scolaire interrompu…
20 candidats retenus sur 100 postulants
100 jeunes ont postulé à l’annonce que le CHRU et le CREPI ont mis en ligne sur le site dédié service-civique.gouv.fr  20 d’entre eux ont été retenus. " Ils ont été sélectionné pour leur motivation à rendre service et leur facilité à aller vers l’autre, précise Gaëlle Dréau, Gaëlle Dréau, chargée de mission du CREPI, je les engage à se servir de ces qualités pour prendre en main leur avenir et profiter de l’opportunité que représentent ces huit mois en immersion professionnelle au CHRU."
Les 20 volontaires retenus, dont la moyenne d’âge se situe autour de 20 ans, ont tous bénéficié d’une formation initiale à l’accueil de deux semaines, dispensée par le CREPI. L’association les encadre également pour les aspects administratifs et la poursuite de leur projet professionnel. Du côté du CHRU, ils ont été confiés aux responsables de site et à des personnels volontaires qui seront leurs tuteurs pendant toute la durée de leur service civique.
Les volontaires perçoivent une indemnité mensuelle totale de 576 euros, versée directement par l’Agence nationale du service civique auquel le CHRU participe à hauteur de 106 euros. La mise en œuvre de ce dispositif a donné lieu à un partenariat financier entre le CHRU et le CREPI. Par ailleurs, les volontaires reçoivent une formation civique et citoyenne obligatoire. Selon leurs profils, ils peuvent se voir proposer des formations internes organisées par le CHRU pour ses salariés et qui leur sont proposées selon leur profil.
Avec les ZORRANGES, tout s’arrange !
Basés sur les trois principaux sites du CHRU, les volontaires travaillent en binôme de 9h à 18h et de 10h à 19h, en semaine uniquement. Ils effectuent 24 heures par semaine, réparties en 3 jours. Vêtus de polos orange, pour être parfaitement visibles et identifiables, ils se sont même trouvé un nom LES ZORRANGES et un slogan: Avec les ZORRANGES, tout s’arrange !
Leur activité s’intensifie depuis la rentrée. A titre d’exemple, à Bretonneau, pour la seule journée du lundi 5 septembre 2016, sur le site de Bretonneau, ils ont répondu à 240 sollicitations de la part des patients eux-mêmes ou des soignants.
Une information a été faite aux équipes du CHRU et des flyers DES ZORRANGES sont mis à la disposition des patients, avec les numéros de téléphone.
Contacts
– à Bretonneau : 02.47.47.70.10
– à Trousseau : 02.47.47.70.11
– à Clocheville : 02.47.47.70.12

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.