Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un laboratoire de confinement de niveau 3

Le CHU de Nice dispose désormais d’un laboratoire L3 garantissant le confinement total des agents infectieux manipulés ; Un équipement hautement sécurité qui le place dans les meilleures conditions réglementaires pour la réalisation du diagnostic en cas d’épidémie due à un virus de classe 3 comme la grippe H1N1. Cette structure répond à une demande de l’Agence Régionale de Santé.

Le CHU de Nice dispose désormais d’un laboratoire L3 garantissant le confinement total des agents infectieux manipulés ; Un équipement hautement sécurité qui le place dans les meilleures conditions réglementaires pour la réalisation du diagnostic en cas d’épidémie due à un virus de classe 3 comme la grippe H1N1. Cette structure répond à une demande de l’Agence Régionale de Santé.
Localisée dans l’hôpital Archet 2 au niveau -1, le laboratoire est composé de plusieurs salles très techniques destinées aux activités de bactériologie et de virologie. Ces deux enceintes de confinement permettent de travailler sur des prélèvements biologiques susceptibles de contenir des micro organismes classés de niveau 3 sur une échelle de 4. Ces bactéries ou virus  peuvent entraîner de graves maladies chez l’homme. D’où les mesures de sécurité draconiennes appliquées à la construction et au fonctionnement des locaux.
Placé sous la responsabilité médicale conjointe du Pr Valerie Giordanengo (Virologie) et du Dr Fernand Girard-Pipau (Bactériologie), ce nouvel équipement remplace le laboratoire installé à la Faculté de Médecine de Nice.

Une sécurité renforcée

Les locaux techniques sont spécialement conçus pour protéger l’environnement et disposent d’équipements de protection collective. Ces aménagements consistent à mettre en dépression la zone où les prélèvements sont cultivés par rapport aux locaux adjacents.  L’air est filtré sur des filtres absolus avant d’être rejeté vers l’extérieur. La protection du personnel est assurée par l’emploi de poste de sécurité microbiologique (PSM).
Aucun déchet ne sort de l’enceinte sans avoir été inactivé. Cette inactivation est réalisée grâce à un autoclave à double entrée placé dans la zone technique.L’entrée des personnels dans la zone classée en confinement L3 se fait par l’intermédiaire de sas dont l’un est en pression positive ; une barrière supplémentaire qui empêche la dissémination éventuelle d’un germe.
L’ensemble des paramètres de ventilation (débit, pression, température) est enregistré en permanence et disponible sur un poste informatique dédié à la Gestion Technique Centralisée des deux enceintes L 3.
 

Un lien étroit avec le dispositif NRBC (Risque Nucléaire Radiologique Biologique Chimique)

Le personnel habilité à travailler dans un L3 doit être spécifiquement formé aux procédures de sécurité et aux situations exceptionnelles. Une collaboration inter pôle est ainsi organisée avec les médecins référents du risque Biologique (Pôle des Spécialités Médicales de l’Archet – Pr Roger) et du Risque Sanitaire/NRBC (pôle des Urgences – Dr Galiano).

Quelle est la différence entre un laboratoire L3 et un laboratoire L4 ?

Les laboratoires L4 de sécurité maximale présentent deux grandes spécificités : ils sont totalement hermétiques et constitués de plusieurs sas de décontaminations et de portes étanches, les effluents liquides sont décontaminés chimiquement et stérilisés à la vapeur. Ils disposent aussi de sécurités anti-incendie couplées à des détecteurs de fumées.
Ces laboratoires assurent une protection optimale des chercheurs travaillant dans leurs enceintes. Pour y pénétrer, les personnes accréditées doivent prendre une douche, revêtir un scaphandre (sous pression positive de façon à ce qu’en cas de déchirure accidentelle de la combinaison scaphandre, l’air sortira du scaphandre, plutôt que d’y rentrer, évitant ainsi toute contamination) relié à l’une des prises fournissant de l’air dont le renouvellement est totalement indépendant de l’atmosphère du laboratoire.
Quand ils sortent du laboratoire, les personnels prennent une douche au phénol, revêtus de leur scaphandre. Des caméras surveillent continuellement l’activité du laboratoire. On n’y  entre jamais seul à l’intérieur. Une personne habilitée à entrer en zone L4 doit obligatoirement se trouver dans le Poste Central de Sécurité : elle pourra ainsi intervenir en zone en cas de problème éventuel (malaise, accident divers …).

En France, il n’existe qu’un laboratoire L4, à Lyon. Appartenant à la Fondation Jean  Mérieux, il est placé sous la responsabilité de l’INSERM.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”