Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un robot chirurgical ultra performant au CHU

Le robot chirurgical Da Vinci S commercialisé par la société Intuitive Surgical Inc est en fonction depuis le 2 octobre 2006 au bloc opératoire de l'hôpital Archet 2. Le CHU de Nice est le deuxième CHU en Europe à être doté de ce type d'appareil, considéré comme l'instrument à la pointe de la haute technologie chirurgicale.

Le robot chirurgical Da Vinci S commercialisé par la société Intuitive Surgical Inc est en fonction depuis le 2 octobre 2006 au bloc opératoire de l’hôpital Archet 2. Le CHU de Nice est le deuxième CHU en Europe à être doté de ce type d’appareil, considéré comme l’instrument à la pointe de la haute technologie chirurgicale.

Cet appareil représente l’avenir de la chirurgie. Plus de contraintes manuelles, ni visuelles, ce robot offre tous les degrés de liberté. On peut faire tout ce que l’on veut, tourner si nécessaire la main de 360°, rendant dès lors possible des interventions sur des parties du corps jusque-là très difficiles d’accès, sinon impossible à observer ou à atteindre. L’investissement s’élève à 1,7 million d’euros, financé par le Conseil général présidé par Christian Estrosi. La maintenance est prise en charge par le CHU.

La présentation à la presse est déroulée le 6 octobre 2006 en présence de Bernadette Chirac, Présidente de la Fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France :
Dominique Vian, Préfet des Alpes-Maritimes
Christian Estrosi, Ministre délégué de l’aménagement du territoire, Président du Conseil général 06
Maître Jacques Peyrat, Sénateur-Maire de Nice, Président du Conseil d’Administration du CHU de Nice, Président de la Communauté d’Agglomération Nice Côte d’Azur
Jean-Jacques Romatet, Directeur Général du Centre Hospitalier Universitaire de Nice
Professeur José Santini, Président de la Commission médicale d’établissement CHU de Nice
Professeur Daniel Benchimol, Doyen de la Faculté de Médecine de Nice

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.