Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Une question de responsabilité – les laboratoires de santé

La grande responsabilité des petits laboratoires de santé au niveau de l´hygiène dans les hôpitaux

Quand l\’hôpital rend malade



On se rend à l\’hôpital pour guérir. Or, parfois, c\’est le contraire qui se produit : des infections provenant de germes hospitaliers ne sont pas rares, y compris dans les cliniques allemandes. D\’après le ministère fédéral allemand de la Santé, 400 000 à 600 000 de ces infections nosocomiales sont recensées chaque année. Environ dix pour cent d\’entre elles proviennent de germes multirésistants, dont notamment le germe SARM (staphylococcus aureus résistant à la méticilline) tristement célèbre. Malheureusement, une infection à SARM est parfois incurable. Beaucoup de personnes ont alors recours aux antibiotiques, or le remède magique d’antan des êtres humains contre les bactéries a perdu de son efficacité en raison de son utilisation massive. Certains des agents pathogènes SARM résistent à presque tous les antibiotiques, ce qui est alors très dangereux. Dans ce cas, le temps est un facteur essentiel : plus le germe est identifié rapidement, meilleures sont les chances de guérison du patient. C\’est pourquoi de nombreuses cliniques misent sur le dépistage précoce qu\’elles effectuent dans leurs propres laboratoires de santé. Cela représente un défi considérable, y compris en termes d\’équipement.



La grande responsabilité des petits laboratoires de santé

La plupart des cliniques ont leur propre laboratoire. Ces laboratoires de santé décentralisés effectuent des examens de chimie clinique et la majeure partie des analyses immunohématologiques. Environ un tiers des cliniques allemandes traitent aussi les échantillons des secteurs de bactériologie et de virologie au sein de leur propre établissement. Selon une étude de l\’institut hospitalier allemand Deutsches Krankenhausinstitut e.V., c\’est surtout la rapidité du traitement de l\’échantillon qui compte dans le diagnostic de laboratoire clinique, et pas uniquement quand il s\’agit de déterminer le germe hospitalier. Un diagnostic rapide est désicif pour assurer de bons soins au patient et est considéré comme l\’une des performances les plus importantes des laboratoires de santé par les médecins. Dans ce contexte, la mise à disposition rapide des résultats doit être garantie 24 h/24 et un laboratoire clinique doit être occupé 24 h /24 et 7 j/7. Le personnel de laboratoire doit toujours travailler avec la plus grande précision dans ces situations urgentes. Au final, les résultats des laboratoires doivent toujours être exacts car la vie d\’une personne en dépend. De plus, les laboratoires de santé doivent faire preuve de rentabilité : selon l\’office fédéral allemand des statistiques, les dépenses de santé auraient augmenté plus fortement que le produit intérieur brut pour la quatrième année consécutive. En 2015, elles s\’élevaient à 344,2 milliards d\’euros, soit 4 213 d\’euros par habitant.



Les tâches importantes ont besoin d\’un soutien fiable

Les laboratoires médicaux sont une composante essentielle d\’un système de santé efficace et moderne. Ils procurent aux médecins des informations qui leur permettent de prendre les mesures vitales au bon moment. Au vu de sa responsabilité dans la chaîne de traitement, le personnel des laboratoires de santé a besoin de solutions adaptées aux besoins du diagnostic clinique ; cela vaut non seulement pour la technique, mais aussi pour les équipements de laboratoire. Non seulement les solutions de laboratoire Bimos sont proposées à des tarifs équitables, mais elles sont aussi parfaitement adaptées aux exigences hygiéniques d\’un hôpital. Les chaises de laboratoire, les assis-debout et les tabourets de laboratoire Bimos se caractérisent en outre par une conception compacte et sont peu encombrants dans les laboratoires cliniques. Faciles à manipuler, ils permettent aux collaborateurs d\’adopter une position ergonomique correcte, ce qui contribue à accélérer le processus d\’analyse quotidien et à garantir un travail précis 24 h/24.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.