Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Urgences de gynécologie et d’obstétrique, une nouvelle unité d’accueil

Cette unité individualisée accueille les femmes et jeunes filles se présentant en situation d'urgence pour motif gynécologique ou obstétrical, ainsi que toute future maman, 24h sur 24, 7 jours sur 7. Après les examens cliniques, biologiques et échographiques nécessaires, les patientes sont orientées. Certaines rentrent à domicile, d'autres sont hospitalisées dans une unité de grossesses à risques ou de gynécologie, les urgences chirurgicales sont prises en charge au bloc opératoire et les patientes en travail sont accueillies en salle de naissance.

Cette unité individualisée accueille les femmes et jeunes filles se présentant en situation d’urgence pour motif gynécologique ou obstétrical, ainsi que toute future maman, 24h sur 24, 7 jours sur 7. Après les examens cliniques, biologiques et échographiques nécessaires, les patientes sont orientées. Certaines rentrent à domicile, d’autres sont hospitalisées dans une unité de grossesses à risques ou de gynécologie, les urgences chirurgicales sont prises en charge au bloc opératoire et les patientes en travail sont accueillies en salle de naissance.

« La création de l’Unité d’accueil et d’orientation des Urgences de gynécologie-obstétrique se justifie par l’accroissement des activités de gynécologie et d’obstétrique – plus de 600 par mois du fait des fermetures de la maternité d’Hayange en 2000 et de la Clinique du Parc 2003. Il était également impératif de nous mettre en conformité avec les dispositions des décrets de périnatalité commente le Dr Eric Welter, responsable du pôle femme-mère-enfant. Nous avons choisi d’implanter ce secteur de pré –travail à proximité des salles de naissance, en utilisant les anciens locaux dédiés à l’urgence, et d’individualiser un secteur d’accueil des urgences répondant au mieux aux besoins de la population. De plus, l’attribution d’une enveloppe budgétaire par l’ARH, l’appui de la direction ont permis de concrétiser ce projet ayant pour objectifs, d’améliorer la qualité de prise en charge des patientes ainsi que les conditions de travail du personnel. »

L’unité est animée par une équipe composée de sages-femmes, médecins, secrétaire et aide-soignante. Achevée en novembre 2007 pour un coût de 580 000 euros cette modernisation se présente comme la dernière étape avant la construction d’une nouvelle maternité en 2011

Configuration de l’unité
– Secrétariat / Accueil
– 1 bureau médical
– 4 salles d’examens individuelles dont une salle avec échographe
– 1 salle commune de repos pour les patientes

Le pôle femme-mère-enfant en quelques chiffres
• Nombre de passages / mois : environ 550 passages soit 6787 passages / an dont 2837 consultations et 3950 hospitalisations
• Nombre d’interventions chirurgicales (service gynécologique): 1029
• Nombre de naissances : 2579
• Nombre d’accouchements :2542 (dont 443 par césarienne)
• Nombre d’entrées (hors HAD) : 5097
• Nombre de lits : 60 en obstétrique – 20 en gynécologie – 2 en hôpital de jour – 2 lits pour les IVG
• Nombre de places en HAD : 10 places (703 entrées – 3055 journées)
• Valorisation en T2A de l’activité (hors HAD) : 13 328 000 environ 6,76 % du total T2A du CHR Metz-Thionville

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.