Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Urgences de gynécologie et d’obstétrique, une nouvelle unité d’accueil

Cette unité individualisée accueille les femmes et jeunes filles se présentant en situation d'urgence pour motif gynécologique ou obstétrical, ainsi que toute future maman, 24h sur 24, 7 jours sur 7. Après les examens cliniques, biologiques et échographiques nécessaires, les patientes sont orientées. Certaines rentrent à domicile, d'autres sont hospitalisées dans une unité de grossesses à risques ou de gynécologie, les urgences chirurgicales sont prises en charge au bloc opératoire et les patientes en travail sont accueillies en salle de naissance.

Cette unité individualisée accueille les femmes et jeunes filles se présentant en situation d’urgence pour motif gynécologique ou obstétrical, ainsi que toute future maman, 24h sur 24, 7 jours sur 7. Après les examens cliniques, biologiques et échographiques nécessaires, les patientes sont orientées. Certaines rentrent à domicile, d’autres sont hospitalisées dans une unité de grossesses à risques ou de gynécologie, les urgences chirurgicales sont prises en charge au bloc opératoire et les patientes en travail sont accueillies en salle de naissance.

« La création de l’Unité d’accueil et d’orientation des Urgences de gynécologie-obstétrique se justifie par l’accroissement des activités de gynécologie et d’obstétrique – plus de 600 par mois du fait des fermetures de la maternité d’Hayange en 2000 et de la Clinique du Parc 2003. Il était également impératif de nous mettre en conformité avec les dispositions des décrets de périnatalité commente le Dr Eric Welter, responsable du pôle femme-mère-enfant. Nous avons choisi d’implanter ce secteur de pré –travail à proximité des salles de naissance, en utilisant les anciens locaux dédiés à l’urgence, et d’individualiser un secteur d’accueil des urgences répondant au mieux aux besoins de la population. De plus, l’attribution d’une enveloppe budgétaire par l’ARH, l’appui de la direction ont permis de concrétiser ce projet ayant pour objectifs, d’améliorer la qualité de prise en charge des patientes ainsi que les conditions de travail du personnel. »

L’unité est animée par une équipe composée de sages-femmes, médecins, secrétaire et aide-soignante. Achevée en novembre 2007 pour un coût de 580 000 euros cette modernisation se présente comme la dernière étape avant la construction d’une nouvelle maternité en 2011

Configuration de l’unité
– Secrétariat / Accueil
– 1 bureau médical
– 4 salles d’examens individuelles dont une salle avec échographe
– 1 salle commune de repos pour les patientes

Le pôle femme-mère-enfant en quelques chiffres
• Nombre de passages / mois : environ 550 passages soit 6787 passages / an dont 2837 consultations et 3950 hospitalisations
• Nombre d’interventions chirurgicales (service gynécologique): 1029
• Nombre de naissances : 2579
• Nombre d’accouchements :2542 (dont 443 par césarienne)
• Nombre d’entrées (hors HAD) : 5097
• Nombre de lits : 60 en obstétrique – 20 en gynécologie – 2 en hôpital de jour – 2 lits pour les IVG
• Nombre de places en HAD : 10 places (703 entrées – 3055 journées)
• Valorisation en T2A de l’activité (hors HAD) : 13 328 000 environ 6,76 % du total T2A du CHR Metz-Thionville

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”