Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Urgences de l’Hôpital Tenon : le point sur les négociations

L'hôpital Tenon connaît depuis six semaines un mouvement social principalement lié aux difficultés de recrutement de personnel infirmier, difficultés usuellement constatées à cette période de l'année dans les établissements de santé en raison du décalage entre les départs des soignants, concentrés l'été, et la sortie des professionnels issus des instituts de formation en soins infirmiers en décembre. Mardi 16 novembre la Direction de Tenon recevait une délégation de personnels et de leurs représentants : le point sur les engangements...

L’hôpital Tenon connaît depuis six semaines un mouvement social principalement lié aux difficultés de recrutement de personnel infirmier, difficultés usuellement constatées à cette période de l’année dans les établissements de santé en raison du décalage entre les départs des soignants, concentrés l’été, et la sortie des professionnels issus des instituts de formation en soins infirmiers en décembre.

La direction de l’hôpital a reçu mardi 16 novembre une délégation de personnels et de leurs représentants faisant suite à la demande d’explication de la direction des ressources humaines (DRH) de l’AP-HP sur l’usage par cinq agents du service des urgences de leur droit de retrait le vendredi 5 novembre après midi.

Il convient de rappeler que les négociations conduites par la direction locale et la direction générale de l’AP-HP avec l’intersyndicale représentant les personnels se sont traduites le mercredi 27 octobre, malgré le refus de siéger de deux des trois organisations syndicales, par des engagements qui ont conduit le syndicat CFDT à lever son préavis de grève. Ces engagements portent sur :
– Des recrutements à hauteur de 38 infirmières
– La mise en stage de 20 professionnels de différentes catégories (aides-soignants, manipulateurs en électroradiologie et techniciens de laboratoire)
– Le renforcement de l’équipe de remplacement interne
– Des éléments de fidélisation et d’attractivité de l’hôpital
– Une étude de l’organisation pilotée par l’ANACT

Dans la perspective d’accompagner au plus près les équipes, et dans un souci de dialogue constructif, un comité de suivi associant la direction locale, la DRH de l’AP-HP et les organisations syndicales a été constitué. La première réunion initialement prévue ce mardi 16 novembre a du être décalée au vendredi 19 novembre afin que les réponses apportées aux interrogations syndicales soient aussi complètes et précises que possibles. Les organisations syndicales en ont été informées dès lundi.

Deux organisations syndicales (SUD et CGT) ont souhaité continuer le mouvement de grève.

Les discussions se poursuivent avec les équipes des trois secteurs cliniques (urgences, néphro-dialyse et oncologie) restant les plus engagés dans le mouvement, pour apporter des réponses complémentaires aux revendications. Elles se traduisent à ce stade par la formalisation des propositions suivantes :
– Un renforcement des équipes soignantes auprès des patients, notamment sur les catégories des aides soignants
– La reconnaissance des conditions de travail difficiles par une prime exceptionnelle
– L’assurance d’une réponse positive aux demandes de places en crèche
– Le démarrage de la démarche d’audit sur les organisations et les conditions de travail sous l’égide de l’ANACT à compter de la semaine prochaine, qui sera suivie d’un plan d’actions pragmatique élaboré avec les équipes.

Pour améliorer durablement la situation de l’hôpital Tenon – attirer et fidéliser les personnels- un travail de fond avec les représentants du personnel est nécessaire. Le comité de suivi du plan d’action proposé doit favoriser la mise en oeuvre de conditions de l’exercice d’une mission de service de public dont nul ne doute qu’elle soit complexe. Face à ces difficultés, la direction générale de l’AP-HP souhaite être en appui de ses équipes pour trouver et mettre en oeuvre les solutions les mieux adaptées. Elle souligne que, à cet égard, le recours à des modalités d’action tendant à mettre en difficulté la prise en charge des patients et des professionnels en poste, ne constitue pas la réponse la mieux adaptée à la sécurité de tous.

Source : communiqué de presse – Direction de la communication de l’AP-HP

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”