Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

10e journée des soins Infirmiers, Médico-Techniques et de Rééducation

Le 15 juin dernier a eu lieu la traditionnelle journée des soins Infirmiers, Médico-Techniques et de Rééducation qui participe à la reconnaissance des activités paramédicales des équipes pluri-professionnelles du CHU de Grenoble.

Le 15 juin dernier a eu lieu la traditionnelle journée des soins Infirmiers, Médico-Techniques et de Rééducation qui participe à la reconnaissance des activités paramédicales des équipes pluri-professionnelles du CHU de Grenoble.

Initiée en 1995, la journée des soins infirmiers réservait les communications infirmières à un public composé exclusivement de soignants. En 2002, la rencontre s’est ouverte aux autres filières professionnelles avec pour corollaire un enrichissement mutuel de tous.
Au fil des années la qualité des présentations s’est améliorée. Les paramédicaux utilisent avec dextérité et compétence tous les outils informatique. Les posters sont devenus de vrais supports de communication visuelle.

Dès la création de cette journée le comité scientifique a fait le choix de l’éclectisme des interventions plutôt que de proposer une thématique unique. Avec un public nomade de professionnels des trois filières, et qui varie en fonction des interventions, le choix semble satisfaire les participants à qui il est demandé de remplir une fiche d’évaluation. A la fin de la journée, le Directeur Général remet trois prix pour les meilleures communications et trois pour les posters. Un prix spécial du Comité d’organisation est remis pour une communication et un poster ayant retenus leur attention. Le soutien de sponsors locaux permet d’offrir un espace de convivialité qui améliore l’accueil des participants.

Les équipes pluri-professionnelles sont nombreuses à proposer au comité scientifique des projets de communication qui prouvent leur réflexion professionnelle et leur envie de communiquer ou de transmettre leurs expériences.

Thèmes traités en 2010
Les besoins nutritionnels, la responsabilité de l’infirmière dans la contention, le tutorat en psychiatrie, les indicateurs d’activité aux urgences, le métier d’interprète français, le hall opératoire, les soins infirmiers dans les traitements des cancers gynécologiques, l’ergothérapie et l’éducation thérapeutique. Le premier prix de la communication a été attribué à M. Bachasson, masseur kinésithérapeute pour sa présentation sur la prise en charge éducative et rééducative de patients opérés pour hernie discale. Le premier prix poster est revenu à Mme Fourneau, infirmière pour son « Jeu de l’oie » qui a pour ambition d’enseigner l’hygiène de manière ludique.

La journée des Soins Infirmiers, Médico-Technique et de Rééducation participe à la reconnaissance des activités paramédicales et constitue un facteur d’attractivité supplémentaire pour les jeunes diplômés qui voient ainsi leurs activités quotidiennes valorisées.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.