Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

A la découverte du cocktail asthmatique

Avec plus de 3 millions de personnes souffrant d’asthme et des projections à la hausse dans tous les pays développés, l’asthme est un enjeu majeur de santé publique. Son apparition est liée à des prédispositions génétiques mais également à l’exposition environnementale. Pour déterminer avec précision les facteurs biologiques environnementaux présents au domicile et impliqués dans le développement de l'asthme, le service de parasitologie mycologie du CHU de Besançon a coordonné deux études à cinq ans d’intervalle sur la même population de nouveau-nés devenus enfants. A terme, ces données pourraient permettre de disposer d’informations suffisamment précises pour imaginer et concevoir un test diagnostic intérieur rapide et portatif.

Avec plus de 3 millions de personnes souffrant d’asthme et des projections à la hausse dans tous les pays développés, l’asthme est un enjeu majeur de santé publique. Son apparition est liée à des prédispositions génétiques mais également à l’exposition environnementale. Pour déterminer avec précision les facteurs biologiques environnementaux présents au domicile et impliqués dans le développement de l’asthme, le service de parasitologie mycologie du CHU de Besançon a coordonné deux études à cinq ans d’intervalle sur la même population de nouveau-nés devenus enfants. A terme, ces données pourraient permettre de disposer d’informations suffisamment précises pour imaginer et concevoir un test diagnostic intérieur rapide et portatif.  
En 2011, les chambres de 3 193 nouveau-nés avaient été équipées d’un capteur électrostatique à poussière. Les prélèvements avaient été analysés par des méthodes moléculaires (PCR quantitative en temps réel*). Un panel de 20 cibles (moisissures, acariens, bactéries, chien, chat, blatte…) avait été étudié, en raison de leur caractère allergisant ou, au contraire, potentiellement protecteur vis-à-vis des maladies allergiques.
Le projet Embrase (« Environnement MicroBiologique et Risque Allergique, Suivi des Enfants à 5 ans ») s’inscrit dans la continuité de ces travaux. Des capteurs ont de nouveau été déposés dans la chambre des enfants déjà prélevés en 2011. Ces nouveaux prélèvements (1 900 reçus) vont être analysés par le laboratoire de mycologie du CHU. L’analyse sera faite par des méthodes moléculaires identiques à celle de la première phase en 2011 mais également par métagénomique ciblée**. Cette technique permettra de définir de nouvelles cibles d’intérêt vis-à-vis des maladies allergiques. Elles viendront compléter le panel des 20 cibles antérieurement définies (bactériennes, fongiques ou issues d ‘acariens ou d’animaux).
Sur ce même groupe d’enfants, des données de santé ont également été recueillies comme l’apparition de pathologies respiratoires et la survenue d’un asthme notamment. Des questionnaires soumis aux familles complètent cette masse d’informations.
L’analyse simultanée de toutes ces données environnementales et de santé permettra de définir la composition de la flore et des allergènes auxquels les enfants ont été et sont encore exposés, et ainsi, de définir le « cocktail » de micro-organismes et/ou allergènes qui caractérise un logement à risque.
Au terme du projet, pouvoir connaître ce « mélange » de micro-organismes ou allergènes responsable de l’apparition de la pathologie asthmatique permettrait de proposer un test diagnostic intérieur rapide et portatif optimisé, capable d’évaluer la qualité du logement en lien avec le développement de l’asthme. Cet outil de mesure pourrait être utilisé à grande échelle pour la prévention de la maladie allergique. Il s’agira là, d’un autre projet…
Le projet EMBRASE a été soumis à l’appel d’offre 2017 de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) et vient d’être accepté (financement : 365 000 €). Il est coordonné par le professeur Laurence Millon (parasitologie mycologie) et membre de l’UMR 6249 CNRS Chrono environnement. 

En savoir plus sur Embrase

Embrase est lié à la cohorte ELFE*** (Etude Longitudinale Française durant l’Enfance, incluant 18 000 enfants nés en 2011 qui seront suivi jusqu’à l’âge de 18 ans).
*L’étude se base sur la méthode dite PCR quantitative qui permet de quantifier en temps réel la présence d’un organisme dans un environnement donné en se basant sur la détection spécifique et l’amplification de son ADN.
**Elle utilise également la métagénomique ciblée (ou metabarcoding) fondée sur l’amplification et le séquençage de régions d’ADN ciblées par séquençage haut débit (ou NGS new génération sequencing). Cette technique génère des centaines de milliers de séquences d’ADN et permet de recenser sans a priori les espèces présentes dans les logements.
***Elfe est une étude pilotée par l’Institut national d’études démographiques (Ined) et l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), en partenariat avec l’Établissement Français du Sang (EFS). 
href= »http://www.elfe-france.fr/index.php/fr/ » target= »_blank »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Un nouveau robot chirurgical au CHU de Poitiers

Le mois dernier, le CHU de Poitiers s’est doté du nouveau robot chirurgical Da Vinci X. Une technologie qui permet à plusieurs de ses services de multiplier le nombre d’opérations mais également de développer de nouvelles perspectives pour certaines spécialités.

Une rencontre automobile contre le cancer à Poitiers

Le 30 mai dernier, le CHU de Poitiers célébrait l’ouverture de la 30e édition de l’événement automobile 500 Ferrari contre le cancer, organisé tous les ans par l’association Sport et Collection et le Rotary Club Sud-Vienne, au profit de la recherche contre le cancer. Une manifestation devenue une tradition, et qui accueille depuis 1995 quinze à vingt mille personnes. En l’espace de quelques jours, plus d’un millier de véhicules de prestige ont ainsi été réunis.

Au CHU de Rouen, on forme grâce à la réalité virtuelle

La semaine dernière, le CHU de Rouen annonçait l’acquisition d’un système de vidéo projection immersif et interactif au sein de son centre d’entraînement et de formation par simulation, le Medical Training Center. L’objectif principal : optimiser la préparation des professionnels aux situations sanitaires exceptionnelles et/ou à risques grâce à un outil de réalité virtuelle.

Les CHU à SantExpo : la prévention puissance dix 

La semaine dernière, nous étions présents, pour la troisième année consécutive, sur le stand des CHU de France à SantExpo. Une session placée sous le signe de la prévention avec, au programme, de nombreuses tables rondes accueillant spécialistes et personnalités autour de sujets tels que la transformation écologique, l’attractivité ou encore la cybersécurité. Nous vous proposons de revenir sur dix moments forts.