Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Au CHRU de Nancy, la réanimation à l’ère numérique

A compter du second trimestre 2019, le CHRU de Nancy déploiera un dossier spécifique informatisé pour la réanimation et les soins continus basé sur le système d’information ICCA (IntelliSpace Critical Care and Anesthesia) de Philips Healthcare.
A compter du second trimestre 2019, le CHRU de Nancy déploiera un dossier spécifique informatisé pour la réanimation et les soins continus basé sur le système d’information ICCA (IntelliSpace Critical Care and Anesthesia) de Philips Healthcare.
La prise en charge des patients dans les unités de soins intensifs, de réanimation ou de soins continus génère une quantité considérable de données dues à la complexité des traitements et à la situation unique de chaque patient (âge, morphologie, pathologies…). L’accès à des informations exhaustives est un élément essentiel du processus de prise de décision clinique.
La solution IntelliSpace Critical Care and Anesthesia (ICCA) recueille les informations des équipements de chevet, ainsi que les données issues des logiciels du SIH comme les prescriptions faites dans DxCare afin d’optimiser la prise en charge du patient. Le logiciel est une aide à la prescription, il fournit au professionnel de santé les informations dont il a besoin pour prescrire correctement les médicaments, notamment en ce qui concerne leurs éventuelles contre-indications, les interactions entre les différents médicaments et les posologies excessives. Le médecin bénéficie ainsi de la bonne information au bon moment, ce qui lui permet de personnaliser et d’adapter les soins dispensés. La prescription informatisée permet ainsi la réduction des risques (surdosages, interactions médicamenteuses, erreur de lecture…), ce qui améliore la précision et la lisibilité des dossiers.

Evolution des pratiques

Pour les professionnels du service, c’est une évolution des pratiques. Le dispositif permet la mise en place de protocoles harmonisés, une meilleure planification des soins et un gain de temps par l’automatisation du recueil d’indicateurs de qualité, de scores de gravité pour analyser l’activités mais également pour le codage des actes réalisés. Les systèmes d’informations cliniques hospitaliers sont reliés aux dispositifs médicaux afin de fournir aux cliniciens des informations exploitables, où qu’ils se trouvent. Ce qui facilite également la formation des futurs soignants.
Le déploiement se fera sur l’année 2019 et concerne les services de réanimation, de réanimation médicale, les unités de soins continus de chirurgie soit au total 132 lits.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.