Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nancy, 1er établissement de santé français à s’équiper de la solution GUARDIAN

Le CHRU Nancy est le premier établissement de santé français à s'équiper d'une suite complète d’outils intelligents de surveillance permettant une détection précoce des signes de détérioration de patients hospitalisés en unités de soins conventionnels.
Le CHRU Nancy est le premier établissement de santé français à s’équiper d’une suite complète d’outils intelligents de surveillance permettant une détection précoce des signes de détérioration de patients hospitalisés en unités de soins conventionnels.
Présentée lors de la Paris Healthcare Week fin mai 2019, cette solution constitue le premier projet du partenariat en intelligence artificielle signé en novembre 2018 entre le CHRU et Philips. Elle devrait être déployée cet été au sein l’Unité de post-urgences polyvalente (UPUP)
« Le CHRU poursuit sa dynamique en intelligence artificielle, engagée en novembre 2018, il consolide ainsi un partenariat fort avec Philips qui est un des grands acteurs de la santé, avec un premier projet innovant», s’est félicité Bernard Dupont, directeur général du CHRU de Nancy. «Ce partenariat s’inscrit dans la durée avec de nombreux projets d’innovation à venir, mais aussi dans la continuité d’une collaboration de plusieurs années entre Phillips et le CHRU de Nancy dans les domaines du monitorage et de l’imagerie notamment », a souligné de son côté David Corcos, président de Philips France. 

Mieux anticiper les signes de détérioration

Après une intervention, ou lors d’un séjour en unité conventionnelle, certains patients sont à risque de complications. Des signes d’instabilité clinique sont visibles et mesurables avant la dégradation de l’état de santé du patient. Ceux-ci apparaissent souvent six à huit heures avant un événement. 

Pour une adaptation précoce du traitement

Il est évident que tout retard au diagnostic est associé à une sur-morbidité, à un allongement des durées de séjour voire à une augmentation de la mortalité. Il est considéré qu’environ 40% des morts subites à l’hôpital surviennent dans ces unités de soins conventionnelles. Outre le soin, les exigences de qualité et la pression financière nécessitent, elles aussi, une adaptation précoce du traitement en cas de dégradation de l’état du patient. Le mise en place d’outils de surveillance prédictive dans ces secteurs d’hospitalisation est extrêmement importante pour mieux anticiper et gérer les signes de détériorations du patient.

Un système personnalisable de surveillance des patients

Avec la solution IntelliVue Guardian, Philips propose un système personnalisable de surveillance des patients afin d’aider les professionnels de santé à identifier les patients à risque au bon moment et favoriser une intervention rapide. Cette solution globale est constituée de plusieurs éléments : une suite de logiciels dont l’algorithme prédictif anticipe au maximum les événements critiques des patients, des objets connectés pour faciliter la surveillance des signes vitaux, des scores d’alertes et un système de notification qui avertissent les professionnels de santé le plus précocement possible.

Le patient au bon endroit au bon moment

L’approche d’IntelliVue Guardian réside dans une efficacité organisationnelle pour optimiser le parcours patient: le patient au bon endroit, au bon moment. Les bénéfices de la solution sont multiples tant pour les patients que les professionnels de santé de l’établissement. 

–  Anticipation et amélioration de la rapidité d’intervention – suite à l’exploitation de nouveaux signaux les réanimateurs interviennent plus vite auprès du patient donc les chances de survie sont augmentées
– Rationalisation des processus et protocoles d’urgence, et réduction des erreurs donc sécurité des soins améliorée
– Simplification de la communication
– Harmonisation des soins
– Adaptabilité totale aux besoins de l’unité, hautement configurable : chaque médecin configurera en fonction de la pathologie de chaque patient les paramètres de suivi.
A compter de cet été, le CHRU de Nancy va déployer la solution Guardian dans un premier service pilote: l’Unité de post-urgences polyvalente (UPUP). Le service compte actuellement 39 lits et accueille des patients en provenance des urgences avant leur transfert vers un service de spécialité, un SSR ou le domicile.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.