Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Cancer : 2 technologies innovantes à Amiens, le TEP Scan et le CyberKnife®

Le CHU Amiens-Picardie vient d’inaugurer deux nouveaux équipements plus performants pour le diagnostic et le traitement des cancers. Ces investissements d’un montant total de 8 millions d’euros confortent le rôle du CHU en tant que pôle de référence régional de lutte contre le cancer.
Le CHU Amiens-Picardie vient d’inaugurer deux nouveaux équipements plus performants pour le diagnostic et le traitement des cancers. Ces investissements d’un montant total de 8 millions d’euros confortent le rôle du CHU en tant que pôle de référence régional de lutte contre le cancer.
Amiens est le 1er CHU à disposer en exclusivité d’un tel TEP Scan de nouvelle génération. Ce tomographe par Emission de Positons couplé à un Scanner X marque un progrès en termes de précision et de réduction des irradiations. Le CHU a également acquis un CyberKnife®, équipement de radiothérapie stéréotaxique cible les tumeurs et lésions avec une justesse de tir infra millimétrique. En France, seuls 4 CHU sont équipés d’un CyberKnife®* 

Le TEP-Scan, nouvelle génération : imagerie plus précise et technique moins irradiante

Ce nouvel équipement de Tomographie à Emission de Positons (TEP) de technologie totalement numérique, est nettement plus sensible. Les examens sont donc plus courts (un examen corps entier en 15 minutes) et moins irradiants (40% de réduction de dose de rayons x pour le patient). Il offre une qualité d’image supérieure (pour un meilleur diagnostic ou bilan d’extension en cancérologie).
Cette méthode d’imagerie médicale pratiquée par les spécialistes en médecine nucléaire permet de mesurer en trois dimensions l’activité métabolique d’un organe grâce aux émissions produites par des positons issus d’un produit radioactif injecté (glucose marqué au Fluor 18 le plus souvent).
Cet équipement offre des nouvelles perspectives en cancérologie, mais aussi pour la recherche en santé. Il est installé dans un nouvel espace sur le site sud (bâtiment TEP, entrée secondaire du CHU).

Le CyberKnife®, une nouvelle technique de traitement pour les petites lésions tumorales

Le service de radiothérapie du CHU Amiens-Picardie propose ce traitement depuis fin 2016. Le CyberKnife® envoie un faisceau sur les tumeurs localisées ou à un stade précoce généralement en une à 5 séances (au lieu de 10 à 30 séances traditionnellement) avec une efficacité redoutable et une excellente tolérance.
Cette nouvelle solution de radiothérapie stéréotaxique permet avec une précision infra millimétrique, de mieux cibler les petites et moyennes lésions, cancéreuses ou non, intra et extra crâniennes, mobiles et non mobiles.
Les indications de départ concernent les tumeurs cérébrales et rachidiennes, puis seront étendues à des organes en mouvement (foie, poumon) puisque l’appareil dispose d’un système permettant une irradiation asservie à la respiration (suivant le rythme de respiration du patient). A Amiens 200 patients sont actuellement traités chaque année. Leur nombre passera à 350 par an lorsque l’ensemble des indications sera couvert.
La prise en charge des patients repose sur une concertation pluridisciplinaire : cancérologues, radiothérapeutes, neurochirurgiens, radiologues, médecins spécialistes d’organes, physiciens médicaux et manipulateurs en électroradiologie.
* Amiens, APHP HEGP Paris, Poitiers, Tours

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.