Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
L'équipe de néonatologie du Dr Christian Palix à l'hôpital Nord a mis au point des cocons permettant aux nouveau-nés, notamment prématurés, de retrouver la position regroupée et contenue qu'ils avaient dans le ventre de leur mère. Ces « utérus de suite » sont le fruit de dix ans de travail des équipes de néonatologie et du CAMSP (Centre d'action médico-social précoce).

L’équipe de néonatologie du Dr Christian Palix à l’hôpital Nord a mis au point des cocons permettant aux nouveau-nés, notamment prématurés, de retrouver la position regroupée et contenue qu’ils avaient dans le ventre de leur mère. Ces « utérus de suite » sont le fruit de dix ans de travail des équipes de néonatologie et du CAMSP (Centre d’action médico-social précoce).

Jusqu’ici fabriqués artisanalement par Danielle Salducci, kinésithérapeute, ces « nids » en Bultex évitent l’hyper-extension de la tête et des bras, favorisent l’éveil du nouveau-né, réduisent son stress et lui évitent de futurs problèmes d’articulation et respiratoires. Selon le Dr Marie Fabre-Grenet, pédiatre neurocomportementaliste, le regroupement du bébé, les mains attirées par le visage, permet d’éviter les anomalies orthopédiques tels que l’aplatissement du crâne ou les déformations des membres, favorise l’activité visuelle et la motricité dirigée vers la préhension.

Il est enfin indispensable dans la prévention et le traitement des reflux gastro-oesophagiens fréquents et douloureux à cet âge.
Une trentaine de ces nids en Bultex sont gratuitement mis à la disposition des nouveau-nés de l’hôpital Nord, jusqu’à l’âge de 4 mois. Mais un brevet a été déposé, et plusieurs fabricants sont sur les rangs pour une production commerciale à grande échelle.

ContactDr Christian Palix
christian.palix@ap-hm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”