Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

FONDA-MENTALE, Fondation de Recherche et de Soins en « Santé Mentale »

FONDA-MENTALE est le premier réseau national thématique de recherche et de soins (RTRS) en santé mentale. Coordonné par le Pr Marion Leboyer, responsable du pôle santé mentale du groupe hospitalier AP-HP Albert Chenevier – Henri Mondor à Créteil, ce réseau inter-CHU, au statut de Fondation de coopération scientifique, rassemble dans une même démarche innovante, équipes de soins et acteurs de la recherche. Objectif : combler le retard de diagnostic, améliorer la prise en charge et développer la recherche psychiatrique française.

FONDA-MENTALE est le premier réseau national thématique de recherche et de soins (RTRS) en santé mentale. Coordonné par le Pr Marion Leboyer, responsable du pôle santé mentale du groupe hospitalier AP-HP Albert Chenevier – Henri Mondor à Créteil, ce réseau inter-CHU, au statut de Fondation de coopération scientifique, rassemble dans une même démarche innovante, équipes de soins et acteurs de la recherche. Objectif : combler le retard de diagnostic, améliorer la prise en charge et développer la recherche psychiatrique française.

Les maladies psychiatriques : un enjeu majeur de santé publique Plus d’un quart de la population (27 %) présente, a présenté ou présentera une maladie mentale. Le coût de la santé mentale en Europe est considérable, il représente 62 % (240 Milliards d’euros) du coût total des maladies du cerveau (387 Milliards d’euros). La prise en charge des maladies mentales en France, grandement insuffisante, entraîne retard de diagnostic et de prise en charge des pathologies psychiatriques et de leurs comorbidités somatiques, désinsertion sociale et professionnelle et risque suicidaire.

Le réseau regroupe des Centres Experts pour trois pathologies : les troubles bipolaires, (anciennement dénommés Maladie Maniaco-Depressive), la schizophrénie et l’autisme de haut niveau (syndrome d’Asperger).

L’AP-HP disposra d’un centre expert pour chacune de ces pathologies au sein du groupe hospitalier Albert Chenevier Henri Mondor de Créteil. Au total, dans un premier temps, cinq centres experts Bipolaires seront mis en place en région Ile de France (les quatre autres sont : AP-HP Lariboisière à Paris, Hôpital Charles Perrens à Bordeaux, CHU de Marseille et CHU de Nancy). Pour la schizophrénie, les autres centres experts seront localisés au CHU de Versailles, de Strasbourg, de Marseille et de Clermont-Ferrand. Pour l’autisme de haut niveau (Syndrome d’Asperger) à Paris (AP-HP Robert Debré), Bordeaux et Lyon en liaison avec les centres ressources.

Les centres experts des structures régionales, multidisciplinaires, spécifiques à l’évaluation diagnostique (psychiatrique, somatique, psychologique, sociale et professionnelle) des patients présentant une de ces trois pathologies psychiatriques et qui pourront être adressés par des associations de patients, des généralistes, des psychiatres du privé ou du public, des centres ressources. En parallèle à des missions sanitaires et médico-sociales, ces centres assureront la mise en place de recherches cliniques, de recherches sur les mécanismes étiologiques sous-tendant ces pathologies et sur le développement de nouvelles stratégies thérapeutiques. Au-delà des objectifs de soins et de recherches, les centres experts développeront l’information et la sensibilisation du grand public ainsi que la formation continue des acteurs médicaux et para-médicaux.

L’AP-HP assure 40% de l’accueil en urgence en Ile-de-France, et parmi les patients reçus, on estime qu’une personne sur 10 en moyenne relève de pathologies psychiatriques. La prise en charge à l’AP-HP se développe de façon transversale et pluridisciplinaire, comme en témoigne la création d’unités spécialisées dans la prévention du suicide ou la mise en place de centres experts. Le niveau d’expertise reconnu au plan international de ses équipes de recherche, notamment sur l’autisme, lui permet de s’inscrire pleinement dans ce projet.

Ce réseau répond à un besoin grandissant de la population et illustre la vocation des CHU de développer la recherche et l’enseignement au bénéfice de l’amélioration des soins.

EQUIPES CLINIQUES
Centres Expert Asperger
• Service de Psychopathologie de l’enfant et de l’adolescent, CHU Robert Debré, AP-HP, Paris, Pr. M-C Mouren
• Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, CHU Bordeaux, Hôpital Ch Perrens, Pr. Manuel Bouvard
• Service de psychiatrie infanto-juvenile, Centre Hospitalier le Vinatier, CHU Lyon, Pr. Nicolas Georgieff
• Pôle de Psychiatrie, AP-HP, Université Paris XII, CHU Créteil, Hôpital Mondor-Chenevier, Pr Marion Leboyer

Centres Experts Schizophrénie
• Service de Psychiatrie, CHU Clermont-Ferrand, Pr. Pierre-Michel Llorca
• Service de Psychiatrie, CHU Strasbourg, Pr. Jean-Marie Danion
• Service de Psychiatrie et de psychologie médicale, AP-HM, CHU Marseille, Pr. Christophe Lançon
• Service de Psychiatrie, Centre Hospitalier de Versailles, Pr. Marie-Christine Hardy-Baylé
• Pôle de Psychiatrie, AP-HP, Université Paris XII, CHU Créteil, Hôpital Mondor-Chenevier, Pr Marion Leboyer

Centres Experts Bipolaire
• Service de Psychiatrie, CHU Lariboisière, AP-HP, Pr. Jean-Pierre Lépine
• Service de Psychiatrie, CH Charles Perrens Bordeaux, Dr. Chantal Henry
• Service de Psychiatrie, CHU Nancy, Pr. Jean-Pierre Kahn
• Service de Psychologie Médicale et Psychiatrie, CHU Montpellier, Pr.Ph Courtet
• Service psychiatrie, Hôpital Sainte Marguerite, AP-HM, CHU Marseille, Pr Jean-Michel Azorin
• Pôle de Psychiatrie, AP-HP, Université Paris XII, CHU Créteil, Hôpital Mondor-Chenevier, Pr Marion Leboyer

LABORATOIRES DE RECHERCHE
Coordination

Unité INSERM 841 : Institut Mondor de Recherche Biomédicale (IMRB), Université Paris XII, (Hôpital Henri Mondor, AP-HP) Dir. Pr Georges Guellaen
Data management
• INSERM U707 : Epidémiologie, Systèmes d’Information, Modélisation, Pr. G Thomas, Pr. J-F Vibert
Méthodologie, suivi de cohortes
• INSERM U669 , Université Paris V: Troubles du comportement alimentaire de l’adolescent, Pr. Bruno Falissard,
Epidémiologie
• INSERM U888, CHU Montpellier : Pathologies du système nerveux : recherche épidemiologique et clinique, Pr. Karen Ritchie
Psychopharmacologie
• U705 – CNRS UMR 7157 –Neuropsychopharmacologie des addictions. Vulnérabilité et variabilité expérimentale et clinique (Dir Pr. J-M Scherrmann), Pr. J-P Lépine
Génétique
• INSERM U679 : Neurologie et thérapeutique expérimentale (Dir Pr E Hirsch), Pr. Alexis Brice et département de génétique (Hôpital Pitié-Salpétrière, Université Paris VI, AP-HP)
• INSERM U490 : Toxicologie moléculaire et pôle de biologie, (HEGP, AP-HP), Pr. Philippe Beaune
• INSERM U513 : Neurobiologie et psychiatrie, Pr. Bruno Giros
• INSERM U841 : Equipe de Psychiatrie Génétique, Pr. Leboyer, Institut Mondor de Recherche Biomédicale
• Institut Pasteur, Département de Génétique humaine et fonctions cognitives, Pr. Thomas Bourgeron
Cognition et imagerie cérébrale
• INSERM-CEA U562 : Neuroimagerie cognitive, Pr. Stanislas Dehaene
• INSERM-CEA U797: Imagerie Cérébrale et Psychiatrie, Dr. Jean-Luc Martinot, Dr. Monica Zilbovicius

Cognition
• INSERM U666 : Physiopathologie clinique et expérimentale de la schizophrénie, Pr. Jean-Marie Danion
• CNRS UMR 8129 : Département d’Études Cognitives (Dir Pr P. Jacob), Tiziana Zalla
• INSERM ERI 15 : Neuropsychologie cognitive et prise en charge des troubles de la communication schizophréniques, Université de Versailles Saint-Quentin, EA 4047 : Pr. Marie-Christine Hardy-Bayle
• UMR CNRS : Imagerie Moléculaire et Fonctionnelle, Equipe Neurosciences Cognitives Humaines et Neuroimagerie, Bordeaux, Pr Manuel Bouvard

Electrophysiologie
• INSERM U841 : Département de physiologie et explorations fonctionnelles, Institut Mondor de Recherche Biomédicale, Pr. Jean-Pascal Lefaucheur
Biochimie
• Université Paris V, EA 3621 : Service de Biochimie et Biologie Moléculaire, AP-HP, Pr. Jean-Marie Launay
Pharmacologie
• Université de Franche-Comté, EA 481 : Laboratoire de Neurosciences Cliniques et Intégratives, Pr. Daniel Sechter, Pr. Emmanuel Haffen

INFRASTRUCTURES
Imagerie cérébrale

• CEA, Neurospin, unité de neuro-imagerie, Pr. Denis Le Bihan
Centres de Ressources Biologiques :
• Banque de cellules de l’AP-HP, INSERM U567, Hôpital Cochin, Pr. Jamel Chelly
• Banque de cellules, IFR Pitié-Salpétrière, AP-HP, INSERM, Paris VI, Pr Alexis Brice
• Plateforme de Recherche Clinique (Centre d’Investigation Clinique et Plateforme de Ressources Biologiques), INSERM CIC06, Paris XII, Hôpital H Mondor

Génotypage
• Centre National de Genotypage (CNG, Evry) Pr. Markus Lathrop
Recherche clinique, réseau national et Européen
• CIC, Centres d’Investigation Clinique (INSERM – Hôpitaux), Pr. O. Montagne
• European Clinical Research Infrastructures Network, Pr. Jacques Demotes-Mainard

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.