Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Infections nosocomiales, le CHU mise sur la formation

Inscrit dans une démarche qualité et soucieux de renforcer la lutte de ses équipes contre les infections nosocomiales, le CHU de Pointe-à-Pitre relaie activement la 2ème journée de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins du 27 septembre 2007. Son objectif : faire de cette journée un moment fort d'information et d'échanges sur la prévention du risque infectieux nosocomial et le point de départ d'un ambitieux programme de formation de l'ensemble des professionnels sur les précautions complémentaires. La finalité de ces actions étant la volonté d'offrir une prise en charge optimale aux patients.

Inscrit dans une démarche qualité et soucieux de renforcer la lutte de ses équipes contre les infections nosocomiales, le CHU de Pointe-à-Pitre relaie activement la 2ème journée de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins du 27 septembre 2007. Son objectif : faire de cette journée un moment fort d’information et d’échanges sur la prévention du risque infectieux nosocomial et le point de départ d’un ambitieux programme de formation de l’ensemble des professionnels sur les précautions complémentaires. La finalité de ces actions étant la volonté d’offrir une prise en charge optimale aux patients.

L’événement se tiendra simultanément dans plusieurs régions françaises. En Guadeloupe, le CHU de Pointe-à-Pitre en est le maître d’oeuvre. Centrée sur les précautions complémentaires, – mesures de prévention déployées dans certaines pathologies infectieuses- la session sera ouverte aux professionnels de santé et aux usagers des 17 établissements de santé publics et privés et des 3 instituts de formation guadeloupéens.

Le programme établi par l’équipe opérationnelle en Hygiène Hospitalière avec le concours de Cadres et de Correspondant d’Hygiène insiste sur la bonne formation des professionnels, la nécessaire communication inter équipes, la participation active des patients et sur l’importance d’informer correctement usagers et visiteurs. Il est en effet nécessaire de permettre au public à comprendre les contraintes et enjeux de l’hygiène à l’hôpital car le sujet demeure sensible et fortement médiatisé.

La journée débutera à 6h30 et ne se terminera pas avant 21h00 de façon à toucher un maximum de personnels. A cette fin, les trois sites hospitalo-universitaires sont mobilisés. Plusieurs animations à visée pédagogique sont prévues : Dans le hall d’entrée un stand d’information sensibilisera l’attention des usagers au risque infectieux nosocomial et expliquera la politique de prévention de l’établissement. Ce stand sera tenu par l’équipe opérationnelle en hygiène hospitalière et les représentant des usagers au CLIN.

Sont également prévus : la projection d’un film suivi d’un forum de discussion où chacun pourra échanger avec les professionnels de santé et une exposition qui donnera aux industriels l’opportunité de présenter leurs matériels de gestion des précautions complémentaires.

Parallèlement, au Club des médecins, se tiendront des sessions sur les précautions aériennes à prendre avec les patients souffrant de pathologies telles que la tuberculose ou de méningite à méningocoque.

La salle de formation du SAMU hébergera les ateliers consacrés aux précautions « contact » recommandées dans la gestion des patients porteurs de bactéries multirésistantes (BMR) ou atteints de diarrhées infectieuses.

La coordination régionale Guadeloupe
Dès 1995, une coordination régionale Guadeloupe de lutte contre les infections nosocomiales s’est constituée. Basée au CHU et bénéficiant du soutien de l’ARH, cette structure offre une réponse de proximité aux établissements de santé de la région. En 2006, un arrêté ministériel instituant les antennes régionales confortait cette initiative.

Les journées de prévention des infections nosocomiales et associées aux soins ont été instituées par le Centre de Coordination de la Lutte contre les Infections Nosocomiales (CCLIN du Sud Ouest) qui regroupe 360 établissements d’Aquitaine, de Guadeloupe, de Guyane, le Limousin, la Martinique, Midi Pyrénées et le Poitou-Charentes. Cette seconde session fait suite à la formation de 2005 consacrée aux précautions « standard », mesures de prévention systématiques à respecter par tout soignant quelque soit le patient.

Pour accéder au dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.