Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La Réunion fer de lance de la recherche en santé publique dans l’Océan Indien

"Les vulnérabilités de santé dans les territoires ultra marins" seront au cœur de la 2ème édition du Congrès de Santé Publique organisé par le CHU de la Réunion les 12 et 13 novembre 2019. Ce colloque à fort rayonnement régional rassemble plus de 300 professionnels de santé et de recherche venant des 4 pays de la Commission de l’océan indien, de l’Australie et du Mozambique, 70 intervenants et 40 invités extérieurs.

"Les vulnérabilités de santé dans les territoires ultra marins" seront au cœur de  la 2ème édition du Congrès de Santé Publique organisé par le CHU de la Réunion les 12 et 13 novembre 2019. Ce colloque à fort rayonnement régional rassemble plus de 300 professionnels de santé et de recherche venant des 4 pays de la Commission de l’océan indien, de l’Australie et du Mozambique,  70 intervenants et 40 invités extérieurs.
Au programme de ces deux journées, l’exposition de 33 posters scientifiques, des conférences portant sur les maladies métaboliques et chroniques, les cancers, la périnatalité, les maladies infectieuses et émergentes, le risque environnemental, l’âge et la santé mentale et sur les actions de santé publique. 
La population de l’Océan Indien souffre de fragilités caractéristiques au premier rang desquelles les maladies chroniques et métaboliques, les maladies infectieuses et l’immunopathologie et la périnatalité/génétique. Ces axes prioritaires se retrouvent dans le projet hospitalo-universitaire du CHU de la Réunion qui régit notamment le développement des activités de recherche en santé du territoire. Les travaux des chercheurs portent sur le diabète, une prévalence la plus élevée de France et une mortalité trois fois plus élevée.
Autres priorités : les maladies tropicales favorisées par le climat (ex : épidémie chikungunya), le taux de mortalité néonatale supérieure à la France métropolitaine, une prévalence élevée des grossesses précoces et problème de l’alcoolisation foetale, et un contexte génétique particulier avec l’identification de mutations uniques (ex. Lipodystrophie Dunningan) dans la population Réunionnaise.
Ces enjeux de santé sont partagées par les territoires ultramarins qui connaissent les mêmes expositions et des contextes épidémiologiques. En effet, les régions dites ultramarines constituent une zone de transition épidémiologique entre les pays défavorisés au plan socio-économique et les pays riches. Dans ce monde globalisé, leurs populations, à la fois jeunes et vieillissantes, sont affectées par les grandes endémies, les épidémies et les pathologies dites de civilisation (diabète, hypertension, cancer) sur fond de vulnérabilités à la pauvreté, aux changements climatiques, aux migrations et à l’acculturation, et de circulation accélérée des agents pathogènes.
Fort de cet élan collectif autour des mêmes objectifs de santé publique, le CHU de la Réunion entend créer une plateforme régionale de recherche en santé qui favorisera les collaborations durables et fera émerger des solutions innovantes et adaptées aux contraintes et à la culture des territoires ultramarins.
Le congrès se conclura par une session d’échanges entre des professeurs de Santé Publique venus des écoles de Bordeaux (le Pr Salamon, ancien président du Haut conseil de Santé publique nationale) et de Nancy (le Pr Guillemin, actuel président du réseau de Recherche en Epidémiologie Clinique et en Santé Publique), le Pr Wittwer économiste de la santé de l’Institut de Santé Publique, d’Epidémiologie et de développement (ISPED)et les décideurs et acteurs de la santé de la Région océan Indien, pour une mise en perspective des résultats de ce congrès avec les actions à mener.
Plus d’information sur https://www.chu-reunion.fr/2eme-congres-de-recherche-en-sante-publique-de-locean-indien/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.