Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le CHU de Saint-Etienne annonce 900 millions d’euros d’impact économique

CHU Saint-Étienne
CHU Saint-Étienne
300 millions d’euros en soutien direct de l’économie locale du département de la Loire, la création de 13 350 équivalents emplois temps-plein. L'étude d'impact de l'activité du CHU, réalisée en 2016 avec la Chambre de Commerce et d’Industrie Lyon-Métropole, présente des résultats significatifs: pour chaque euro dépensé par le CHU, 1,80 € est reversé dans l’économie.

300 millions d’euros en soutien direct de l’économie locale du département de la Loire, la création de 13 350 équivalents emplois temps-plein. L‘étude d’impact de l’activité du CHU, réalisée en 2016 avec la Chambre de Commerce et d’Industrie Lyon-Métropole, présente des résultats significatifs: pour chaque euro dépensé par le CHU, 1,80 € est reversé dans l’économie.
Après Nice, Limoges et plus récemment le groupement HUGO, c’est au tour du CHU de Sant-Etienne de pointer les retombées positives de son activité pour changer le regard trop souvent porté sur l’hôpital public "sous l’angle des dépenses". L’étude d’impact lancée au printemps 2016 par l’établissement, en lien avec la Chambre de Commerce et d’Industrie Lyon-Métropole, en fait la démonstration.
Au regard des résultats, le CHU stéphanois dynamise avant tout son territoire par les activités de soin, d’enseignement et de recherche qu’il assure. Mais également par le pouvoir d’achat qu’il distribue, les biens et services qu’il acquiert, les investissements qu’il réalise.
Le CHU créateur d’emplois et de valeurs 
Le CHU est un éminent créateur d’emplois, y compris chez ses fournisseurs avec un impact social total de l’ordre de 13 350 équivalents temps-plein. Soit 2,3 fois le nombre de salariés du CHU. 61% de son budget de fonctionnement est ainsi constitué par la rémunération du personnel, soit près de 300 millions d’euros.
20% des achats courants du CHU, soit 33 millions d’euros, sont réalisés localement, auprès de fournisseurs ligériens. Ses dépenses d’investissement (immobilier, équipements lourds) sont quant à elles réalisées pour moitié avec des fournisseurs situés dans le département.
Bientôt une étude d’impact à l’échelle du GHT Loire
Au delà de son impact sur l’économie locale, le CHU est aussi créateur d’autres valeurs: la santé, la qualité de vie, l’innovation et la continuité d’un système de santé performant. Il contribue à la solidarité nationale par ses missions mais aussi par le paiement de ses impôts et cotisations.
Depuis juin 2016, le CHU de Saint-Etienne est en outre engagé dans une démarche territoriale en étant établissement support du groupement hospitalier de territoire (GHT) Loire. Ce Groupement représente plus d’1 milliard d’euros de budget, 15 000 emplois et 7500 lits et places. Une étude d’impact économique sera réalisée à l’échelle du GHT prochainement.

Contact CHU Saint-Etienne : 
Floriane.Loctin@chu-st-etienne.fr 
Tél : 04 77 82 80 02

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.