Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Aux avant-postes de l’innovation, les CHU de France s’appuient sur la révolution numérique pour se réinventer et mieux répondre aux besoins de patients de plus en plus connectés et informés.

Aux avant-postes de l’innovation, les CHU de France s’appuient sur la révolution numérique pour se réinventer et mieux répondre aux besoins de patients de plus en plus connectés et informés.
La chirurgie, avec l’avènement de robots ultra-perfectionnés ou l’entrée de la technologie 3D dans les salles d’opération, tout comme l’imagerie permettent aujourd’hui des prises en charge toujours plus sécurisées et plus confortables pour le patient. Dans un autre registre, la télémédecine facilite l’accès à des soins experts, particulièrement dans les zones confrontées à une désertification médicale, tout en évitant aux patients les plus vulnérables des déplacements inutiles. Le numérique c’est aussi des connaissances renforcées sur la maladie – applications, forums de discussion et autres serious games sont devenus des compagnons quotidiens et des vecteurs d’optimisation de la qualité des échanges avec le personnel soignant. Enfin, la médecine des 4P (prédictive, préventive, personnalisée, participative) est en train de prendre son essor, grâce aux formidables avancées de l’intelligence artificielle et du partage de données de santé.
Qu’est-ce que le CHU numérique ?
C’est un hôpital équipé de systèmes de stockage, d’analyse et de transfert de données patients de façon à pouvoir les réutiliser pour améliorer les soins et les prises en charge. Deux éléments doivent d’emblée être soulignés : en premier lieu, ce progrès ne pourra plus être arrêté. Le numérique est le nouvel outil d’aide au diagnostic, au choix thérapeutique et à la réalisation d’actes médicaux ou chirurgicaux, grâce à l’automatisation de procédures et d’assistances. En second lieu, cette évolution fait naître de nouvelles contraintes en termes de sauvegarde et de sécurité. Les données du patient doivent rester exclusivement entre ses mains ou dans celles du corps médical. "Le CHU numérique représente donc à la fois un progrès et de nouvelles responsabilités." résume le Pr Luc Soler, Professeur associé à l’équipe de chirurgie digestive et endocrine du Pr Didier Mutter au CHU de Strasbourg.
Pour connaitre les multiples déclinaisons des progrès de la e-santé au sein des 32 CHU, découvrez le dossier dédié au « CHU numérique »
Et pour suivre ces évolutions en temps réel 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.

A Nantes, un vers marin contribue à sauver un grand brûlé

L’été dernier, le CHU de Nantes a accueilli un patient brûlé sur 85% de son corps. Face à un pronostic vital engagé et à une absence d’alternative, les médecins ont alors demandé l’accord de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) pour utiliser un pansement oxygénant à base de ver marin (Arenicola Marina) et tenter de le sauver. Si ce produit est encore en phase expérimentale, les résultats semblent prometteurs. Nous avons interrogé le Pr Pierre Perrot, Chef de service du Centre des brûlés du CHU de Nantes, sur cette première.