Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le fonds des hôpitaux publics du GHT LOIRE récompense cinq équipes du CHU de Saint-Etienne

Le CHU de Saint-Etienne met à l'honneur cinq équipes soignantes lauréates du premier appel à projets du Fonds des Hôpitaux Publics du GHT Loire, ce mardi 22 janvier 2019.
Le CHU de Saint-Etienne met à l’honneur cinq équipes soignantes lauréates du premier appel à projets du Fonds des Hôpitaux Publics du GHT Loire, ce mardi 22 janvier 2019.
A l’occasion de dons exceptionnels, d’un montant total de 15 000 €, reçus avant l’ouverture du fonds à l’échelle du GHT et destinés à soutenir le CHU de Saint-Etienne, un appel à projets a été lancé en octobre 2018 afin de récompenser des projets de recherche en soins infirmiers et des initiatives permettant d’améliorer la prise en charge des patients.
Treize projets ont été soumis au comité scientifique du fonds de dotation, composé de professionnels de santé, comité qui a retenu sept candidatures pour un entretien. Le nombre de dossiers déposés reflète l’investissement des équipes, particulièrement soucieuses de participer à la dynamique de l’établissement en matière d’innovation en santé.
Les entretiens se sont déroulés le 11 décembre dernier, en présence de Corinne Sabot, présidente de l’association Aide à la recherche médicale de proximité (Aire) et de Jean-Louis Desjoyaux, Piscines Desjoyaux, tous les deux ambassadeurs du fonds de dotation.

Favoriser les innovations en santé 

Deux projets de recherche en soins infirmiers et trois initiatives relatives à la prise en charge des patients ont été récompensés :
– Arlette Pépin, cadre supérieur de santé, et le Docteur David Hupin (service de physiologie clinique et de l’exercice). 
Étude « ACTIVNURSE » : observatoire de la corrélation entre l’activité physique et la sédentarité au travail, et le bien-être des personnels paramédicaux. 
Budget obtenu : 9 000 €.
– Didier Hilaire, cadre de santé (service de médecine gériatrique). 
Etude portant sur la pratique de la contention en gériatrie. 
Budget obtenu : 3 000 €. 
– Docteur David Charier, anesthésiste-réanimateur, Professeur François Vassal, chef du service de neurochirurgie et responsable de la chirurgie du Parkinson et Jean-Baptiste Vasselon, infirmier anesthésiste.
Réalisation d’un film didactique destiné aux patients et à leur famille, présentant la chirurgie éveillée de stimulation profonde dans la maladie de Parkinson
Budget obtenu : 1 500€.
– Karine Payet-Orth, sage-femme coordinatrice (consultation gynécologique et obstétrique). 
Achat d’un moxa électrique dans le cadre des séances d’acupuncture en Gynécologie et Obstétrique. 
Budget obtenu : 1 000€.
– Odile Sirjean, cadre supérieur de santé (secteur interventionnel de radiologie et de cardiologie). 
Accueil bienveillant des patients en secteur interventionnel au travers de la musicothérapie
Budget obtenu : 500€.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.