Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’exploration digestive par vidéo-capsule

L'exploration de l'appareil digestif sans acte invasif et sans anesthésie est possible à Nancy grâce à la capsule vidéo-endoscopique, véritable concentré de technologie au service de la santé et du bien-être du patient. Exploitée pour la 1e fois en Europe par une équipe nancéienne en novembre 2000, la capsule a depuis parfaitement intégré l'offre de soins du service de Médecine interne à orientation digestive qui fait partie des centres experts au même titre que Bruxelles, Rome et Tel-Aviv dans l'évaluation de la capsule colique. Pour le Pr Gérard Gay, ces capsules repoussent encore les limites du voyage à l'intérieur du corps humain. Explications.

L’exploration de l’appareil digestif sans acte invasif et sans anesthésie est possible à Nancy grâce à la capsule vidéo-endoscopique, véritable concentré de technologie au service de la santé et du bien-être du patient. Exploitée pour la 1e fois en Europe par une équipe nancéienne en novembre 2000, la capsule a depuis parfaitement intégré l’offre de soins du service de Médecine interne à orientation digestive qui fait partie des centres experts au même titre que Bruxelles, Rome et Tel-Aviv dans l’évaluation de la capsule colique. Pour le Pr Gérard Gay, ces capsules repoussent encore les limites du voyage à l’intérieur du corps humain. Explications.

« Dans certaines circonstances cliniques, il s‘agit d’une investigation de premier niveau : l’exploration par capsule de l’appareil digestif aide à poser un diagnostic » explique Gérard Gay. Cette méthode innovante s’applique à l’intestin grêle, à l’oesophage depuis 2004 et au colon depuis 2006 (évaluation en cours pour cette dernière application). Si des lésions sont constatées en vidéo-capsule, une endoscopie classique traditionnelle sous anesthésie générale est pratiquée sur le patient pour confirmer le diagnostic et procéder au traitement endoscopique.

Simple d’utilisation pour le patient qui doit seulement l’avaler avec un verre d’eau, la capsule de la taille d’un comprimé a une progression indolore à l’intérieur du corps où elle poursuit un cheminement naturel : oesophage, estomac, intestin grêle, gros intestin et colon. L’évacuation a lieu dans les 24 – 48 heures, selon le transit du patient. Elle permet d’explorer des zones difficiles voire impossible à atteindre jusqu’ici, en particulier dans l’intestin grêle, sans risque infectieux. A usage unique, le système est parfaitement sécurisé grâce aux matériaux plastiques indestructibles utilisés pour contenir les éléments techniques de la capsule (système optique, puce électronique, batteries). Et à la question « la capsule peut-elle rester coincée à l’intérieur ? », le Pr Gay répond « on ne peut pas écarter totalement cette très faible probabilité, mais si elle survient, il y a toujours la possibilité de recourir à une endoscopie classique dédiée en fonction du territoire pour la récupérer. »

Il reste pourtant essentiel, pour la qualité de l’examen, que le patient soit à jeun et ait absorbé une préparation pour nettoyer l’intestin avant l’ingestion de la capsule comme pour une endoscopie traditionnelle. Sa progression est dépendante du temps de transit gastrique de l’individu et le dispositif doit rester opérationnel pour capter des images des zones à observer. « Pour palier l’autonomie limitée des batteries, la capsule utilisée pour l’exploration du colon situé en bout de course de l’appareil digestif, se met en veille au niveau de l’estomac, précise l’hépato-gastro-entérologue, le dispositif se réactivant dans l’intestin grêle pour être opérationnel lors de son passage dans le colon. »

La capsule vidéo-endoscopique repose sur les principes de miniaturisation et de transmission d’images à distance issus de la technologie militaire israélienne. Des capteurs placés sur la peau du patient et reliés à un petit boîtier porté à la ceinture, reçoivent les images qui sont ensuite transférées sur un ordinateur. L’analyse des images enregistrées se fait depuis les 3 stations informatiques du service. « Pour un diagnostic optimal, cette analyse fait souvent l’objet d’une discussion entre médecins. L’apparition des capsules a en effet modifié le mode de prise en charge des patients, mais aussi nos pratiques professionnelles », déclare le Dr Michel Delvaux, médecin du service. Pendant tout ce temps le patient est totalement libre de ses mouvements et peut vaquer à ses occupations, que ce soit à l’hôpital ou chez lui.

350 capsules sont utilisées au CHU de Nancy chaque année, toute exploration confondue. L’établissement nancéien fait partie des centres experts au même titre que Bruxelles, Rome et Tel-Aviv dans l’évaluation de la capsule colique. « Dans le cadre d’un partenariat de recherche entre le service de Médecine interne à orientation digestive et les industriels impliqués dans la capsule, nous vérifions à la fois l’efficacité de ces nouveaux systèmes et les comparons aux techniques déjà existantes ». Parmi les avancées technologiques les plus attendues concernant ces matériels, on retiendra : la vision en 3D, la capacité de réaliser des prélèvements pour les capsules et enfin le téléguidage par le médecin.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”