Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Nouveau mastère en ingénierie immobilière des établissements de santé

La Conférence des directeurs généraux des CHU, l'AP-HP en partenariat avec l' Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie viennent de créer un nouveau mastère spécialisé en Ingénierie immobilière des établissements de santé (MS IIES). Un cursus pionnier de haut niveau pour répondre à la forte demande des établissements de santé du secteur public et privé. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 1er juin.

La Conférence des directeurs généraux des CHU, l’AP-HP en partenariat avec l’ Ecole spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l’industrie viennent de créer un nouveau mastère spécialisé en Ingénierie immobilière des établissements de santé (MS IIES). Un cursus pionnier de haut niveau pour répondre à la forte demande des établissements de santé du secteur public et privé. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 1er juin.

Répondre à une forte demande
La complexité des bâtiments de santé et de leur maintenance s’accentue, au gré du développement scientifique comme de l’inflation des réglementations sanitaires et techniques. A l’aune de l’évolution médicale et du vieillissement démographique, le ministère de la Santé a programmé, à travers le plan Hôpital 2007 puis 2012, des investissements en immobilier, équipements lourds et systèmes d’information, pour moderniser et étendre sa capacité d’accueil. Des projets auxquels les Partenariats Publics Privés apportent de nouvelles perspectives, intégrant conception-construction-maintenance. Cependant, le temps et les formateurs manquent dans le secteur sanitaire pour permettre aux ingénieurs d’assumer pleinement leur mission d’accompagnement de ces redéploiements. Le mastère spécialisé en ingénierie immobilière des établissements de santé répond aux besoins spécifiques du secteur en matière d’ingénierie.

Acquérir les compétences croisées
Le programme du MS IIES aborde l’ensemble des compétences opérationnelles, transversales et spécialisées, de l’ingénierie des établissements de santé publics et privés :
– connaissance des activités médicales, problématiques du système de santé public et privé
– maîtrise d’ouvrage hospitalière (montage d’opération)
– compétences en conception – construction dans le respect réglementaire,
– maintenance, sûreté de fonctionnement et facility management
– comptabilité, finance, management.

Pour les métiers d’ingénierie du secteur de la Santé
Le MS IIES prépare à différentes fonctions dans le secteur de santé public et privé, en hôpital, CHU, clinique et maison médicalisée ou en entreprise, chez les maîtres d’ouvrage et maîtres d’oeuvre privés qui construisent ou gèrent ces établissements : ingénieur hospitalier, directeur de travaux, directeur investissement, maître d’oeuvre spécialiste des établissements de soins, cadre d’entreprises de construction, de contrôle technique, d’équipements médicaux, assistant à maîtrise d’ouvrage ou responsable facility management.

En partenariat avec les professionnels
Le Ms IIES bénéficie du soutien de la Conférence des directeurs généraux de CHU, de l’AP-HP et du Club des mastères de l’Immobilier et des Services. L’enseignement est assuré par des professionnels en exercice du secteur de la santé, du conseil, de la construction, de la maîtrise d’ouvrage publique et privée ou de la gestion immobilière spécialisée dans les établissements de santé. Le conseil pédagogique est présidé par Olivier Vilain, ingénieur en chef de l’AP-HP, il regroupe la direction de l’Ecole spéciale des Travaux publics, du Bâtiment et de l’Industrie, le directeur pédagogique du Mastère, des professeurs et des personnalités qualifiées.

S’inscrire en formation initiale ou continue
La formation est destinée à accueillir un public mixte, avec ou sans expérience professionnelle :
– Bac + 5, grandes écoles et universités (ingénieurs, architectes, médecins, écoles de commerce)
– Bac + 4 et 3 ans d’expérience
– Diplômes étrangers équivalents
– 30 % de professionnels dans le cadre des dossiers dérogatoires
Sélection :(25 places maximum par promotion) par un jury sur dossier et entretien
Dépôt de dossier de candidature : jusqu’au 1er juin – début des cours novembre 2007

Information des candidats : MS ESTP – Patricia Luong – href= »mailto:pluong@adm.estp.fr » – 01 44 41 46 29
Ecole spéciale des Travaux publics, du Bâtiment et de l’Industrie
57, bd Saint-germain – 75005 Paris – www.estp.fr

* 3e cycle accrédité par la Conférence des grandes écoles

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.