Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Optimiser le parcours patient grâce à la programmation et gestion des lits

La mise en place au CHRU de Nancy du dispositif "Optimisation du parcours du patient" (OPP ) témoigne d'une expérience réussie, permettant en outre aux équipes de libérer du temps pour se recentrer sur leur activité de soignants. Elle a été présentée lors de la 8e Université d’été de la performance en santé organisée par l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) à Bordeaux ces 7 et 8 septembre 2018.

La mise en place au CHRU de Nancy du dispositif "Optimisation du parcours du patient" (OPP ) témoigne d’une expérience réussie, permettant en outre aux équipes de libérer du temps pour se recentrer sur leur activité de soignants. Elle a été présentée lors de la 8e Université d’été de la performance en santé organisée par l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) à Bordeaux ces 7 et 8 septembre 2018.
La mise en place au CHRU de Nancy du dispositif "Optimisation du parcours du patient" (OPP ) a permis de relever plusieurs défis dans le cadre du plan de refondation de l’établissement. A savoir: faciliter et personnaliser le parcours du patient à chaque étape, anticiper les entrées et les sorties, programmer en direct l’ensemble du séjour (admission, hospitalisation, examens, sortie), s’assurer du « juste temps d’hospitalisation », stopper les déprogrammations non rationnelles et incompréhensibles par les patients, faire cohabiter activité programmée et non programmée,avoir une vision globale des lits par une gestion centralisée. 
Lancé en 2016, le dispositif sera opérationnel dans l’ensemble des services fin 2018-début 2019.

Le dispositif OPP c’est :

– un logiciel de gestion des lits déployé dans tous les services pour une mise à jour en temps réel des flux
– une plateforme de coordination qui centralise les disponibilités en lits, réalise la gestion prévisionnelle des lits et propose des solutions d’hospitalisation pour l’activité programmée ou non programmée aux équipes médicales et soignantes. Les assistants de coordination rappellent le patient deux jours avant son hospitalisation pour récapituler les informations pratiques et faire remonter toute question à l’infirmière de parcours et au médecin.
– un assistant de régulation aux urgences 7j/7 et 24h/24, afin de « soulager » les équipes médicales dans la recherche continue de lits d’hospitalisation, contribuant à écourter les attentes aux urgences
– la création d’un nouveau métier, l’infirmière de coordination du parcours hospitalier. Elle accompagne le patient dès la sortie de consultation en programmant son séjour (hospitalisation conventionnelle ou ambulatoire) et ses examens en respectant les chemins cliniques. Ce temps privilégié avec le patient permet également de répondre à ses questions, de gérer sa pré-admission et d’organiser son rappel à J-7 ou J-2 pour s’assurer de sa venue en hospitalisation. 

Des indicateurs de suivi et des perspectives

Le dispositif OPP a permis aux équipes de libérer du temps pour se recentrer sur leur activité de soignants, et d’éviter voire de supprimer les déprogrammations d’hospitalisation faute de lits. 
Des indicateurs mensuels, automatisés et par service ont été mis en place : taux de déprogrammation par service, durée réelle de séjour / DMS prévisionnelle, taux d’occupation à différents horaires de la journée, taux d’hébergement hors service, nombre de programmation par infirmière de coordination, nombre de séjour par type de sortie.
Dans le cadre du GHT Sud Lorraine, une réflexion va s’engager sur le déploiement de la programmation et de la gestion des lits afin de permettre aux services accueillant des médecins du CHRU en consultations avancées de programmer des dates d’hospitalisation cohérentes, mais aussi de faciliter les sorties grâce à une meilleure connaissance des lits disponibles dans les SSR, EHPAD… de l’ensemble des établissements du GHT. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.