Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Quand le CHR d’Orléans réanime la clinique de Gien

Inhabituel dans le paysage hospitalier français, le sauvetage d'une clinique par un hôpital mérite d'être salué. A Gien, le soutien exceptionnel apporté par le Centre hospitalier régional d'Orléans permet de conserver l’activité médicale et celle du bloc opératoire de la clinique Jeanne d'Arc. Ainsi, à partir du 1er décembre 2019, les habitants du Giennois disposeront à nouveau d'une offre de proximité en chirurgie, gastro-entérologie et en chimiothérapie.
Inhabituel dans le paysage hospitalier français, le sauvetage d’une clinique par un hôpital mérite d’être salué. A Gien, le soutien exceptionnel apporté par le Centre hospitalier régional d’Orléans permet de conserver l’activité médicale et celle du bloc opératoire de la clinique Jeanne d’Arc. Ainsi, à partir du 1er décembre 2019, les habitants du Giennois disposeront à nouveau d’une offre de proximité en chirurgie, gastro-entérologie et en chimiothérapie.
Les consultations et interventions seront assurées par le CHR d’Orléans en partenariat avec le CH de Gien dans le cadre du groupement hospitalier de territoire du Loiret.  Une organisation graduée de l’offre de soins est mise en place, Orléans assurant les soins de recours.
De la même manière, l’activité de maternité du centre hospitalier de Gien va aussi être confortée avec le maintien du bloc opératoire, indispensable en cas de césariennes.
La clinique devient le site Jeanne d’Arc de Gien – CHR d’Orléans
Cette reprise a été rendue possible grâce à l’action conjuguée du CHR d’Orléans, du Groupe Ramsay-Santé, de l’ARS Centre-Val de Loire, des médecins de la clinique et du Comité social et économique de la clinique. L’accord a permis de conserver les personnels nécessaires au transfert et à la reprise effective du fonctionnement du bloc opératoire.
Les équipes du CHR vont accompagner les personnels et les médecins du site de Gien afin de garantir la qualité et la sécurité des soins ainsi que les conditions de travail des personnels. L’organisation des services restera inchangée. Si, à terme, des adaptations s’avèrent nécessaires, celles-ci seront décidées en concertation avec les médecins et les équipes, puis soumises aux instances de l’établissement conformément à la réglementation.
Ce projet collectif sera prochainement présenté aux professionnels de santé libéraux du Giennois et à la communauté professionnelle territoriale de santé.
Sur le même sujet
GHT du Loiret : le CHR d’Orléans en soutien à la clinique de Gien en grande difficulté

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.

Voici comment le CHU de Rennes agit pour contrer Parkinson

Ce jeudi 11 avril a lieu la Journée internationale de la maladie de Parkinson. L’occasion pour les CHU de valoriser leur implication sur ce sujet, notamment à travers les Centres Experts Parkinson (CEP) affiliés. Le Centre Hospitalier Universitaire de Rennes ne manque pas à l’appel, mettant en valeur des actions qui garantissent à la fois une offre diagnostique simplifiée et une prise en charge multidisciplinaire, adaptée au profil de chaque patient.

L’IHU toulousain dédié au vieillissement officiellement lancé

L’Institut Hospitalo-Universitaire HealthAge a officiellement été lancé le 2 avril à Toulouse. Porté par le CHU, l’Inserm et l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, cet IHU, le seul exclusivement dédié au vieillissement en France, se donne pour ambition de contribuer au vieillissement en bonne santé des populations et de devenir le centre de référence européen en Géroscience.

Un patient Parkinsonien entreprend le tour du monde à la voile 

Le 10 septembre dernier a retenti le “top départ” des quatorze monocoques participant à l’Ocean Globe Race 2023, une course à voile en équipage autour du monde. A bord du voilier Neptune, deux personnages : le Dr Tanneguy Raffray, ophtalmologue à la retraite, et Bertrand Delhom, ancien moniteur de voile atteint de la maladie de Parkinson. Leur aventure, jalonnée de nombreux défis, est suivie de près par plusieurs professionnels de santé du CHU de Rennes, dont l’avis est à entendre dans le podcast “Qui ose vivra !”