Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Réhabilitation améliorée après chirurgie: Nancy, référent pour la RAAC sur le Grand Est

Dans le cadre de la démarche de développement de la Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie (RAAC) orchestrée par l’ARS Grand-Est, le service de Chirurgie digestive, hépatobiliaire, endocrinienne et cancérologique du CHRU de Nancy a été retenu comme l’un des deux référents, aux côtés des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, en chirurgie digestive pour la région Grand Est.
Dans le cadre de la démarche de développement de la Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie (RAAC) orchestrée par l’ARS Grand-Est, le service de Chirurgie digestive, hépatobiliaire, endocrinienne et cancérologique du CHRU de Nancy a été retenu comme l’un des deux référents, aux côtés des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, en chirurgie digestive pour la région Grand Est.
La réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC) consiste à proposer aux patients un ensemble de mesures avant, pendant et après l’opération, destinées à réduire l’agression et le stress liés au geste chirurgical et à améliorer la récupération du patient. En novembre 2018, le CHRU de Nancy a obtenu le label GRACe (Groupe francophone de réhabilitation améliorée après chirurgie) soulignant son engagement à proposer aux patients des prises en charges optimales. 

5 services candidats de la Grande Région

Le rôle du service référent nommé par l’ARS consiste à encadrer sur une année, 5 services candidats de la Grande Région souhaitant développer la RAAC au sein de leur établissement. Il mettra ainsi à disposition l’ensemble de son savoir-faire, ses compétences et connaissances en matière de parcours de soins, protocoles cliniques, préparation du patient avant l’hospitalisation, suivi après la sortie d’hospitalisation, astuces pratico-pratiques – techniques, organisation, implication des équipes et pilotage, etc. L’ARS accompagne 24 services de chirurgie du Grand Est pour développer cette pratique. 

Echanges d’expériences et plans d’actions

Le 28 mai 2019, le CHRU de Nancy a accueilli une première journée d’échanges et un retour d’expériences sur cette procédure dans le but de présenter l’historique de la démarche, le parcours de soins et l’organisation, le protocole d’anesthésie et de chirurgie, l’évaluation et les résultats de la RAAC, en présence des équipes de chirurgie digestive des CH de Remiremont, Verdun, Haguenau, de la clinique Sainte-Barbe et de la clinique Saint-François à Strasbourg. La prochaine étape aura lieu au mois de septembre pour une mise en commun des plans d’actions. Le service Chirurgie digestive, hépatobiliaire, endocrinienne et cancérologique référent du CHRU de Nancy pourra ainsi faire bénéficier de son expérience aux candidats. 

L’équipe référente RAAC du CHRU de Nancy: 

Pr Adeline Germain (chirurgien digestif)
Nathalie Viel (cadre supérieure de santé)
Romuald Zadra (cadre de santé apprenant), Sandra Crepin (cadre de santé)
Emilie Hergalant (infirmière diplômée d’Etat coordination RAAC)
 Pr Claude Meistelman (anesthésiste)
Dr Julien Birckener (anesthésiste)
Michèle Bronner (directrice adjointe) 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Caen, le CHU innove pour mieux soigner les tumeurs cérébrales 

Comme chaque année, le mois de février est l’occasion pour les CHU, acteurs majeurs du soin et de la recherche à l’échelle régionale, de mettre en valeur leur implication dans la lutte contre le cancer. Le CHU de Caen est notamment revenu sur ses innovations en matière d’intervention neurochirurgicale. Il est d’ailleurs, pour certaines d’entre elles, un précurseur en France.

A Reims, des Logisti-soins libèrent du temps aux soignants

A l’écoute de ses soignants, le CHU de Reims mise sur le déploiement d’un nouveau métier au cœur de son Nouvel Hôpital : le logisti-soins. Gestionnaire des activités de restauration, des consommables et de la maintenance du matériel biomédical, celui-ci vise une amélioration nette de la répartition du travail. Entièrement adoptée par les équipes soignantes, cette réorganisation optimise le soin et dégage ainsi un temps indispensable tant aux soignants qu’aux patients.

L’APHM élabore un kit d’urgence pour les missions spatiales 

Le service de Radiologie Interventionnelle de l’Hôpital de la Timone (AP-HM) s’implique dans le partenariat entre le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), l’Institut de Médecine et Physiologie Spatiale (MEDES) et la Société Française de Radiologie (SFR). Afin d’améliorer la sécurité des astronautes lors des missions spatiales, douze équipes de radiologues ont travaillé sur la conception d’un kit médical d’urgence prenant en charge plus d’une dizaine de pathologies différentes.