Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Chirurgie digestive : Réhabilitation améliorée du patient

Retrouver une mobilité et une autonomie beaucoup plus vite après l’intervention chirurgicale en invitant le patient à prendre une part active à son rétablissement. Pour proposer cette récupération rapide aux personnes opérées dans son unité, le service de Chirurgie digestive du CHRU de Nancy a adopté le programme innovant de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie. Il a reçu le label GRACe* et fait école. D'autres spécialités chirurgicales sont sur les rangs.
Retrouver une mobilité et une autonomie beaucoup plus vite après l’intervention chirurgicale en invitant le patient à prendre une part active à son rétablissement. Pour proposer cette récupération rapide aux personnes opérées dans son unité, le service de Chirurgie digestive du CHRU de Nancy a adopté le programme innovant de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie. Il a reçu le label GRACe* et fait école. D’autres spécialités chirurgicales sont sur les rangs.

Récupérer plus rapidement son autonomie

Les principes reposent sur la diminution du stress chirurgical et le maintien de l’homéostasie (équilibre des constantes générales comme la température, le fonctionnement du cœur, la pression artérielle, etc.), avec un retour rapide à l’état physiologique de base. L’objectif principal est de diminuer les complications et de favoriser une récupération plus rapide pour le patient.
Un confort très apprécié des patients
Après l’intervention, dès son retour en chambre, le patient est assis au fauteuil, autorisé à boire et à manger. Le lendemain, il se lève, fait sa toilette, marche et se nourrit selon son appétit. Aucun drain chirurgical ni sonde urinaire ne sont mis en place, permettant au patient de retrouver son autonomie très rapidement. 
Le retour à domicile est possible en l’absence de fièvre ou de douleur avec un bilan biologique satisfaisant. Un bilan sanguin est réalisé chaque jour et permet au patient, selon des seuils fixés, de sortir au quatrième jour après une chirurgie colique, contre 6 à 7 jours habituellement. 
Comme en chirurgie ambulatoire, le patient est informé en pré-opératoire, de l’organisation des soins et de l’importance de sa participation active dans le processus. Son médecin traitant est prévenu par téléphone de l’entrée du patient dans ce programme et du jour de sa sortie. 

Un mode de prise en charge d’avenir

Cette nouvelle modalité de prise en charge est proposée depuis mars 2017 aux patients du service de Chirurgie digestive du CHRU de Nancy, répondant à des critères pré-opératoires précis. Une réussite qui repose en grande partie sur la collaboration très étroite entre le Dr Adeline Germain, chirurgien digestif, le Dr Julien Birckener, médecin anesthésiste-réanimateur et le Dr Aurélie Malgras, médecin nutritionniste et sur l’implication et l’engagement des équipes paramédicales.
Pour les équipes impliquées dans ce nouveau programme, il s’agit d’un mode de prise en charge d’avenir qui va s’étendre progressivement à d’autres actes opératoires et à d’autres services. Au CHRU de Nancy, les unités de Chirurgie hépatobiliaire et de Chirurgie de l’obésité sont déjà sur les rails.
*Groupe francophone de Réhabilitation Améliorée après Chirurgie
Sur le même sujet
Chirurgie pédiatrique des séjours plus courts « GRACE » aux protocoles de récupération rapide

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.