Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Téléconsultation : la pratique s’installe dans la durée

À l’occasion du 2ème anniversaire du remboursement de la téléconsultation en France, l'Assurance Maladie constate que la crise de la Covid-19 a conduit les acteurs de la santé à innover et à faire évoluer les modes de prise en charge des patients. La téléconsultation, qui a fait l’objet d’un recours massif, est devenue une composante essentielle de l’offre de soins.

À l’occasion du 2ème anniversaire du remboursement de la téléconsultation en France, l’Assurance Maladie constate que la crise de la Covid-19 a conduit les acteurs de la santé à innover et à faire évoluer les modes de prise en charge des patients. La téléconsultation, qui a fait l’objet d’un recours massif, est devenue une composante essentielle de l’offre de soins.
Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le nombre de téléconsultations est passé de 40 000 en février 2020 à 1,9 million en juin. Plus de 60 000 médecins y ont eu recours. 96% des téléconsultations ont été facturées par des libéraux dont 4/5 par des généralistes. Côté patients, 1 patient sur 5 a moins de 30 ans  et 1 patient sur 5 a plus de 70 ans.
Aujourd’hui, plus d’un médecin sur deux y recourt et en cette rentrée, elle représente 3% des consultations.
Cet essor de la téléconsultation s’explique notamment, selon l’Assurance Maladie, "par l’autorisation dès septembre 2018 de son remboursement par l’Assurance Maladie, via l’avenant 6 à la convention médicale, faisant de la France un pionnier en la matière. Depuis lors, les fournisseurs de solutions techniques ont développé leurs offres, les médecins se sont équipés et les patients se sont familiarisés avec cette nouvelle pratique."
Les objectifs de la téléconsultation, tels qu’identifiés en 2018, ont ainsi trouvé un écho particulier avec la crise sanitaire de 2020 :
– Faciliter l’accès de tous à des soins de qualité sur l’ensemble du territoire ;
– Simplifier le suivi des patients dans un contexte d’augmentation des pathologies chroniques ;
– Améliorer la qualité de vie des patients, en évitant par exemple le déplacement de personnes âgées fragiles ou atteintes de maladies chroniques ;
– Améliorer la prise en charge des patients, en évitant des renoncements aux avis spécialisés.

Règles assouplies, principes pérennes

Pour faire face au contexte épidémique, les pouvoirs publics ont mis en place, à titre transitoire, des mesures dérogatoires (1) pour faciliter l’accès à cette pratique : remboursement à 100 %, possibilité de faire une téléconsultation par téléphone pour les patients vivant en zone blanche. 
Toute personne peut ainsi bénéficier d’une téléconsultation prise en charge à 100 % par l’Assurance Maladie jusqu’au 31 décembre 2020.
Les règles du parcours de soins doivent cependant être respectées : le médecin traitant, qui connaît l’état de santé et les antécédents de ses patients, doit être consulté en premier lieu. Toutefois, par dérogation, si une personne est infectée par la Covid-19 ou susceptible de l’être, elle peut s’adresser à un autre médecin de ville pour une téléconsultation si son médecin traitant n’est pas disponible ou si elle n’en a pas.
En revanche, le dispositif permettant les consultations par téléphone a pris fin avec la fin de l’état d’urgence sanitaire, le 11 juillet 2020.
La télésanté a donc démontré son utilité lors de cette crise sanitaire en s’intégrant non seulement dans la pratique professionnelle des médecins mais aussi des autres professionnels de santé. La prise en charge à distance de leurs patients pendant la période de l’épidémie par les autres professionnels de santé (sage-femme, infirmier, orthophoniste, orthoptiste, masseur-kinésithérapeute et pédicures-podologues) est prolongée jusqu’au 30 octobre 2020.
Cette dynamique devrait perdurer ces prochains mois, conclut l’Assurance Maladie, notamment grâce aux négociations avec les médecins sur l’avenant 9 de la convention médicale. "Celles-ci auront vocation à accélérer, dans un contexte où leur nécessité est manifeste, le déploiement de la téléconsultation et de la téléexpertise, dans des conditions permettant d’en assurer la qualité".
1- Il est nécessaire que le médecin téléconsultant » connaisse le patient, ce qui implique que le patient a eu au moins une consultation physique avec lui (cabinet, domicile patient ou établissement de santé) au cours des 12 derniers mois précédant la téléconsultation. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : La maladie de Crohn

A l’occasion de la journée mondiale des Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la rédaction de CHU Média publie un dossier consacré à la maladie de Crohn.

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.