Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Un groupement d’intérêts économiques pour l’IRM Nord

Afin de partager les coûts d'acquisition et d'optimiser l'utilisation d'une I.R.M. de haute technologie, les Hospices Civils de Lyon et la Société Civile des Praticiens Libéraux de l'I.R.M. Croix-Rousse Nord signent ce jour la création officielle d'un Groupement d'Intérêts Economiques : « G.I.E. - I.R.M. Nord ».

Un G.I.E. pour acquérir une IRM et mieux prendre en charge des patients au Nord de l’agglomération Lyonnaise

Afin de partager les coûts d’acquisition et d’optimiser l’utilisation d’une I.R.M. de haute technologie, les Hospices Civils de Lyon et la Société Civile des Praticiens Libéraux de l’I.R.M. Croix-Rousse Nord signent ce jour la création officielle d’un Groupement d’Intérêts Economiques : « G.I.E. – I.R.M. Nord ».

Cette initiative originale répond au souci de travailler ensemble, de partager des moyens, des ressources et des compétences ; et ouvre la voie au décloisonnement du système de santé régional grâce à une coopération public – privé novatrice.

Concrètement, le G.I.E. – I.R.M. Nord loue des locaux spécialement aménagés à l’Infirmerie Protestante située à 600 mètres de l’Hôpital de la Croix-Rousse ; ces locaux indépendants de la Clinique permettront au G.I.E. – I.R.M. Nord d’assurer en toute autonomie son activité d’imagerie.

Un personnel paramédical commun (8 personnes), attaché au G.I.E., et indépendant de l’Infirmerie Protestante et du C.H.U., est en cours de recrutement. Cette structure au service des malades, quelle que soit leur provenance, travaillera indifféremment avec les médecins de statut privé ou public.

Les radiologues libéraux de la Société Civile et de l’Hôpital de la Croix Rousse se partageront le temps d’activité d’imagerie quotidienne chaque jour avec les mêmes règles de travail dans l’optique d’un partage de compétences spécifiques, que ce soit pour l’imagerie quotidienne et également pour des projets de recherche.

Les deux partenaires du G.I.E. (H.C.L. et S.C. des Praticiens Libéraux) ont choisi une I.R.M. de haut champ qui répond aux dernières innovations techniques développées en cancérologie, neurologie et dans l’exploration des maladies cardiaques et vasculaires.

Le G.I.E. représentera donc une structure autonome, avec un budget propre de 530 000 euros/an. L’existence du GIE permettra une diminution significative des délais d’attente. Le nombre de patients qui seront pris en charge par la structure est estimé à 6 000 personnes la première année pour une montée progressive évaluée à 10 000 personnes par an.

Les travaux d’aménagement sont en cours et les patients seront accueillis dès le mois de septembre.

Les représentants des partenaires :
– Elisabeth Gormand Société Civile de Moyens des radiologues de l’Infirmerie Protestante et de la Clinique de Rillieux : 04 72 00 70 20
– Yves Berthezène, Chef du service de radiologie de l’Hôpital de la Croix Rousse 04 72 07 18 80
– Frédéric Gay, radiologie, Clinique de Rillieux : 04 72 01 38 10

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Le rôle d’un centre antipoison : tout ce qu’il faut savoir 

Dans le cadre de notre série de reportages au CHU d’Angers, nous avons rencontré le responsable du Centre Antipoison et Toxicovigilance du Grand Ouest, le Pr Alexis Descatha. Intoxications, serpents exotiques, veille national champignons… ce dernier a accepté de nous parler des différentes missions de son service.

HAVISAINES : Le CHU d’Angers vise la bonne santé de ses agents

Depuis l’an dernier, le CHU d’Angers déploie HAVISAINES, un dispositif de promotion de la santé à destination de ses professionnels. Au micro de CHU Média, le Pr Alexis Descatha, médecin porteur du programme, revient notamment sur les quatre piliers sur lesquels ce dispositif repose : sport, alimentation, alcool, tabac.

Violences : fin de l’omerta à l’hôpital

La semaine dernière, la Conférence des Doyens de facultés de médecine a publié un communiqué de presse co-signé avec l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris (APHP), annonçant un engagement commun dans la lutte contre les violences au travail. Une déclaration qui fait suite aux récentes accusations de violences morales et sexuelles de Karine Lacombe à l’encontre du médecin urgentiste Patrick Pelloux.

L’ICI, nouveau temple de la cancérologie

Le CHU de Brest vient d’inaugurer son nouvel Institut de Cancérologie et d’Imagerie, surnommé ICI. Ce centre, promesse d’un hôpital centré sur l’humain et doté d’une technologie de pointe, est amené à devenir l’un des fers de lance européens dans le traitement du cancer, avec une capacité de 50 000 patients par an.

Dossier : La maladie de Parkinson 

Décrite pour la première fois dans An Essay on the Shaking Palsy (1817) par James Parkinson, un médecin anglais, la maladie de Parkinson, mentionnée souvent en abrégé « Parkinson », est une maladie neurodégénérative irréversible d’évolution lente. La maladie s’installe ainsi au cours d’une longue phase asymptomatique de plusieurs années. Les premiers symptômes ne se font en effet ressentir que lorsque 50 à 70% des neurones dopaminergiques du cerveau sont détruits. Ils se déclarent essentiellement progressivement sous la forme d’un tremblement de repos, d’un ralentissement des mouvements et d’une raideur musculaire. Néanmoins, de nombreux troubles moteurs et non moteurs peuvent s’ajouter à la liste, devenant de réels handicaps dans le quotidien de ceux qui la subissent.