Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

CHU La Réunion

Présentation

Le CHU de La Réunion se compose du CHU Site Félix Guyon et du CHU Sites Sud (qui regroupe les sites de Saint-Pierre, Saint-Louis, Saint-Joseph, du Tampon, de Cilaos et les centres de santé mentale du CHU). Né en février 2012, il se situe au 17ème rang national sur 32 CHRU.

Le CHU de La Réunion prend en charge toute personne ayant besoin d’être rassurée sur son état de santé, guérie d’une maladie, soulagée ou accompagnée face à une situation physiologique, à une pathologie chronique ou aigue, à un handicap ou à l’âge.

Les enjeux :

  • Des soins de proximité confortés ;
  • Un accès aux soins renforcé pour les prises en charge hautement spécialisées ;
  • Le soutien au développement de filières de soins avec les autres opérateurs de santé ;
  • Le soutien de la démographie médicale et soignante ;
  • Une réponse adaptée aux problèmes de santé spécifiques de La Réunion et de Mayotte

Ses missions fondamentales sont :

Les soins et la prévention, l’enseignement, la recherche, la coopération régionale et internationale.

Au-delà de ses missions fondamentales, il assure aussi :

Les urgences, la permanence des soins, la prise en charge des soins palliatifs, le développement professionnel continu, la lutte contre l’exclusion et l’accueil des personnes en difficulté, les actions de santé publique.

En termes d’activité Médecine- Chirurgie- Obstétrique (MCO) le CHU de La Réunion se situe au 17ème rang national sur 32 CHRU :

  • Près de 1 872 lits et places (dont 1 422 en MCO)
  • Plus de 144 000 entrées

Le CHU en chiffres :

  • Plus de 7 400 Professionnels (soit 6 320,64 ETP*) ;
  • 5 299,67 ETP* non médical ;
  • 1 020,97 ETP* médical ;
  • Dont 684,94 ETP* médecins séniors et 336,03 ETP* médecins juniors ;
  • Une centaine d’internes extrahospitaliers et affectés en stage à Mayotte sont gérés par le CHU ;
  • 1 422 lits de médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) ;
  • 187 lits et places de santé mentale ;
  • 89 lits de soins de suite et de réadaptation (SSR) ;
  • 130 lits d’hébergement pour les personnes âgées (EHPAD) ;
  • 40 lits d’hébergement en Unité de Soins de Longue Durée (USLD) ;
  • 111 564 passages aux urgences par an ;
  • 308 482 passages en consultations et soins externes par an (hors activité libérale).

* ETP : Équivalent Temps Plein

Un plateau technique de haut niveau

Le CHU propose toutes les prises en charge médicales et chirurgicales et des services spécialisés : chirurgie cardiaque et vasculaire avec 3 salles hybrides de coronarographie/ angioplastie et vasculaires dont une bi-plan, 3 Circulations Extra Corporelle en chirurgie cardiaque, chirurgie infantile et néonatale, neurochirurgie avec neuronavigation et imagerie O-ARM au bloc opératoire, hyperbarie avec 1 caisson hyperbare de 6 places, hématologie-oncologie équipé de la technique de photophorèse, 2 maternités niveau III, grands brûlés, médecine nucléaire avec 1 TEP et 3 gammas caméras hybrides dont une CZT, radiothérapie-curiethérapie avec 2 accélérateurs de particules et système de curiethérapie, 1 scanner de simulation, 1 laboratoire P3, 2 chaines automatisées pour biochimie/ sérologie/ hématologie, histocomptabilité, greffes et compatibilité HLA, centre référent NRBC, centre référent maladies rares, centre PMA et banque de cellules/ tissus, recherche & innovation, enseignement, SAMU, centre 15.

  • Pour l’imagerie, 2 IRM 3T, 1 IRM 1.5, 4 scanners hauts de gamme (cardiaque et spectral), 2 salles neurovasculaires interventionnelles dont 1 bi-plan, 1 salle vasculaire de radiologie, 3 salles d’urgences, 8 salles conventionnelles, 20 radio mobiles et 18 mobiles de radioscopie pour le bloc opératoire dont 7 numériques ;
  • 135 échographes toutes spécialités, 350 ventilateurs de réanimation/ anesthésie et transport, 3000 appareils de perfusion, 150 lits de réanimation/ soins intensifs/ USC équipés avec respirateurs, monitorage lourd, perfusion ;
  • 63 générateurs d’hémodialyse, 36 appareils d’hémofiltration de réanimation / nephro ;
  • 2 services pharmacotechnie avec isolateur et UMFA pour préparation des solutés stériles ;
  • 1 lithotriteur extra corporel pour le traitement des lithiases rénales ;
  • 24 colonnes de cœlioscopie et d’exploration gastro pneumo ORL ;
  • 25 blocs opératoires avec table d’opération / éclairage / bistouri / microscopes / équipements spécifiques.

Infos pratiques

https://www.chu-reunion.fr/

CHU la Réunion

Allée des topazes – CS 11021
97400 Saint Denis

+33 (2) 62 90 50 50
+33 (2) 62 90 50 51 (fax)

Service Communication

Frédérique Boyer
+33 (2) 62 35 95 45
+33 (6) 92 67 65 44
+33 (2) 62 49 53 47 (fax)
frederique.boyer@chu-reunion.fr

Gouvernance

Directeur Général, Président du Directoire :
Lionel Calenge

Les articles du CHU La Réunion

Océan indien : partenariats actifs en médecine d’urgence

Plus de 200 médecins de la Réunion, des provinces de Madagascar, des Comores, des Seychelles, de Maurice et de Mayotte ont assisté aux premières journées francophones de médecine d’urgence de l’Océan Indien qui se sont déroulées à Tananarive (Madagascar) les 28 et 29 juin 2012. Une rencontre organisée par le Dr Arnaud Bourde, directeur du SAMU de La Réunion, le Pr Xavier Combes (Groupe hospitalier Hôpital Henri Mondor AP-HP) et leurs équipes, en partenariat avec l’association des médecins urgentistes de Madagascar.

150 000 euros pour les 1ers projets de recherche clinique du nouveau CHU

Fondé fin février 2012, le Centre Hospitalier Universitaire de La Réunion vient de lancer son premier appel d’offres interne destiné à financer les projets de recherche clinique portés par ses équipes du CHU. Montant de l’enveloppe : 150 000 euros. Ce premier acte témoigne de la volonté de l’institution de promouvoir la recherche réunionnaise ; un objectif prioritaire du Comité Stratégique de la Recherche, présidé conjointement par le Directeur Général du CHU et le Président de l’Université de La Réunion.

Activité en hausse, compte à l’équilibre, le CHR se prépare à devenir CHU en 2012

Avec une croissance d’activité de 2,5% et des comptes équilibrés voire même excédentaires (+1,5 million d’euros), le CHR de la Réunion- qui deviendra CHU en 2012 – a réalisé un rétablissement spectaculaire. En déficit de près de 20 millions d’euros voici 3 ans, il affiche aujourd’hui une bonne santé financière à faire pâlir d’envie certains établissements de la métropole ! Une performance que Michel Calmon, directeur général, porte à l’actif de l’ensemble des équipes médicales et soignantes, mais également des services administratifs, techniques, logistiques « qui se sont mobilisés pour améliorer et diversifier les prestations offertes à la population en ayant le souci du bon usage des deniers publics ». Ainsi, la chirurgie ambulatoire enregistre une progression spectaculaire sur le site de Félix Guyon (+121 %) et (+ 33%) pour le groupe Hospitalier Sud Réunion. En hausse également le nombre de consultations externes (+ 6 %) sur le site Sud Réunion (GHSR) et (+ 3 %) pour Félix Guyon (CHFG).

La Réunion : naissance prochaine du 30ème CHU de France

Après la création d’une Unité de Formation et de Recherche (UFR) Santé par l’Université de La Réunion et l’ouverture de la première promotion du PCEM2 (2ème année des études de médecine) en mai 2010, une seconde étape vient d’être franchie avec la fusion du Centre Hospitalier Félix Guyon et du Groupe Hospitalier Sud Réunion. De cette union naîtra au 1er janvier 2012 le 30ème CHU de France, le Centre Hospitalier Universitaire de la Réunion.

Erreur médicale : suspension du chirurgien et rappel des démarches engagées par l’établissement

Le lundi 14 février, un patient admis au bloc opératoire du Centre Hospitalier Félix Guillon (CHR de La Réunion) a subi l’ablation d’un rein, du mauvais côté. Dans un communiqué publié début mars, le Centre Hospitalier Régional de la Réunion explique les démarches engagées auprès du patient et de sa famille. Il annonce la suspension du chirurgien qui avait déjà fait l’objet d’une demande conjointe de prorogation de son année probatoire de la part de la direction et de la Commission médicale d’établissement. Enfin, dans un souci de sécurisation des prises en charge, l’établissement rappelle que depuis deux mois un plan d’action spécifique a été déployé au bloc opératoire.