Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Télémédecine

Retrouvez ici nos articles sur la télémédecine.

La télémédecine repose sur l’utilisation des technologies de l’information et de la communication pour améliorer l’accessibilité de la prise en charge des patients sur leur lieu de vie.

Derniers articles

Télémédecine: Nancy, leader de la région Grand Est

6 000 téléexpertises en un an, 200 Télé-AVC en 6 mois, 1 000 interventions de télésurveillance depuis mai 2018, 60 téléconsultations depuis le début 2019, le CHRU de Nancy est l’établissement de santé du Grand Est qui effectue le plus d’actes de télémédecine. Son offre couvre les disciplines aussi diverses que la dermatologie, la neuroradiologie, la gériatrie, les urgences gériatriques, l’AVC en phase aiguë ou l’anesthésie et répond aux demandes et besoins des EHPAD, des centres pénitentiaires ou des autres hôpitaux.

Cardio : une solution de télésuivi développée à Bordeaux

L’e-santé au service de l’insuffisance cardiaque ! Constatant que le patient qui allait se faire opérer avait besoin d’être rassuré et informé avant son hospitalisation et qu’un suivi à distance simple et efficace s’avérait nécessaire après, Nicolas Pages, interne en anesthésie-réanimation au CHU de Bordeaux a imaginé un lien continu entre le domicile et l’hôpital.

Des téléconsultations pédiatriques à domicile avec le Centre de Traitement des Grands Brûlés du CHRU de Nancy

Depuis mi-avril 2019, les jeunes patients suivis par le Centre de Traitement des Grands Brûlés à l’Hôpital d’enfants du CHRU de Nancy, peuvent bénéficier de téléconsultations à domicile, leur évitant de se déplacer, parfois de loin, pour rencontrer leur médecin pour le suivi de leurs brûlures. Une première en France, rendue possible grâce au service de téléconsultations Pulsy, avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé Grand Est.

Télé-AVC entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne

Illustration concrète du projet médical partagé du groupement hospitalier de territoire (GHT) Basse Alsace Sud Moselle, une télé-consultation entre les Hôpitaux Universitaires de Strasbourg et le Centre Hospitalier de Saverne permet une prise en charge équitable des AVC en termes d’accès à la thrombolyse.

Echographie : à Bordeaux une start up démocratise l’imagerie médicale, une 1ère très prometteuse

Aide au diagnostic et au suivi des patients, l’échographie est une technique d’exploration non invasive et abordable comparativement au scanner ou à l’IRM. Utilisée dans quasiment toutes les disciplines médicales et chirurgicales, elle est prescrite notamment dans le suivi des grossesses, pour repérer les malformations cardiaques ou les maladies de l’œil. De fait, le besoin en imagerie médicale croît de manière exponentielle dans les pays développés, mais au niveau mondial, force est de constater que les 2/3 de la population n’a pas accès à cet examen. En cause son prix et surtout le manque de praticiens en mesure d’utiliser et d’interpréter les résultats car leur formation longue représente un investissement pour les systèmes de santé aux moyens limités. Pour surmonter ces obstacles, une équipe bordelaise vient d’inventer le stéthoscope – sonde échographique. Pour le découvrir en avant-première rendez-vous au Salon International Santé Innovation, Paris Expo, Porte de Versailles sur le stand CHU de Bordeaux/Région Nouvelle-Aquitaine Hall 7 Stand G61 – du 21 au 23 mai 2019.

CHU DE DEMAIN – Pr Jean-François Delfraissy :«Que veut dire un consentement éclairé en 2019?»

Invité à s’exprimer dans le cadre des 16es Assises nationales hospitalo-universitaires, qui se sont déroulées à Poitiers les 13 et 14 décembre 2018, le Pr Jean-François Delfraissy, président du CCNE, explique pourquoi le Conseil a souhaité que la thématique « intelligence artificielle et santé » figure dans la prochaine loi de bioéthique. Il appelle par ailleurs les décideurs hospitaliers à «laisser une place plus importante aux usagers que nous sommes».

CHU DE DEMAIN – Le Pr Jean Sibilia « pour une formation au numérique par le numérique »

« Nous avons absolument besoin d’une formation au numérique et par le numérique. Il va être de plus en plus présent à travers les objets connectés, la télémédecine et l’intelligence artificielle », avance le Pr Jean Sibilia, président de la conférence des Doyens des facultés de médecine, interviewé à l’occasion des Assises nationales hospitalo-universitaires à Poitiers, les 13 et 14 décembre 2018.